Le Bistrot Chez Pacalou Et Zano

4

Dans le genre peinard Roger, un douillet endroit au cœur du village, régi par un sympathique couple, tout en retenue, je veux dire qui ne fait pas dans le pagnolesque abusif devant le touriste, comme beaucoup.

Une plaisante sobriété qui transpire quand même un peu l’usure, le désabusé. C’est que ce satané métier de restaurateur, plus tu le pratiques honnêtement, plus c’est difficile. Vu les horaires de négriers, il en faut du courage pour sortir des assiettes qui font plaisir, sans que le client renifle l’érosion de l’envie plombée par le quotidien. Bref: c’est simple et bon. Une carte d’une dizaine de suggestions de 13€ à 20€, menu 20€ avec alternative avec formule à 15€. Entame maligne et rigolote avec « melon au cassis », mon premier de l’année. Les meilleurs melons sont fin aout.

Alors mi-avril…Seulement voilà! Le cuisinier sirote de crème cassis l’ensemble, mixe avec du melon espagnol et même un radis et une feuille de chou cru pour la déco! Servi dans une désuète coupelle transparente sur pied des années 70, un côté « old school » presque fascinant. Et bon: 14/20. Pour plat « dos de lieu noir à la crème ». Poisson frais à la cuisson tenue, crème travaillée à la poêle avec champignons de Paris émincés et nombreuses petites morilles, frites décongelées mais bâtonnets de légumes frais poêlés. Il ferait aimer le poisson au syndicat des garçons-boucher ce cuisinier-là! Bravo! 14,5/20 malgré la très superflue feuille de salade dans la sauce pour décorer.

Madame est en salle, formidablement secondée par une petite qui met du cœur à l’ouvrage, à l’écoute et gracieuse. Voilà. Pas de cuisine intergalactique ni d’acrobatie dans les saveurs, mais du bien foutu avec cœur. Mais dépêchez-vous car ça ne devrait pas durer: les proprios cherchent à vendre!