Le Bistronomik

2.5

Un sentiment de non-abouti, comme si la direction optimisait son travail à hauteur de 70% de son potentiel.

Accueil souriant mais trop directif, mécanique de service un peu forcée, comme plagiant le style « gastro » dans une caricature un peu lourde. Comme dans beaucoup de villages, le restaurateur d’ici croit probablement qu’avec une prestation qui ratisse large il aura plus de monde: message brouillé. Alors que s’il fait simplement très bon (et visiblement il sait faire) les clients viennent de loin et remplissent le resto. Enfin bon. Bien: serviette en tissu qui marquent le territoire! Le midi une formule burger à 15,90€ avec à côté un menu complet à 19,90€ décliné en formule. Une ardoise avec une huitaine de suggestions. Et un menu-carte à 29€ avec une dizaine de suppléments! Presque la moitié des plats: insupportable!

Mises en bouche « moules à l’escabèche » servies dans une cuillère en céramique noire. La mise en bouche c’est sympa, ils ne sont pas obligés. Mauricette s’est régalé avec « dos de cabillaud épais juste rôti » présenté à la mode circulaire dans une assiette creuse avec écrasé d’Agata, jus d’ail confit à la marjolaine et légumes croquants. C’est vraiment très bon, rustique et élégant, 15,5/20. Le dessert « sablé breton aux poires pochées à la cardamome, crémeux vanille Bourbon et caramel beurre salé » confirme le savoir-faire, même esprit visuel que le plat. Gourmand, à la limite du fébrile mais compensé par la générosité. Le sablé est mou, dommage. 15/20. Sur l’ardoise du moment, la truffe est mise en avant. Pour 22,50€ (quand même), je me suis laissé séduire par « œuf presque parfait truffé crémeux chou-fleur, épinard et pleurotes ».

L’assiette creuse a de l’allure et le pain est bien, en avant Tintin. La truffe en lamelle est vraiment généreuse, pas radin le cuisinier. Sauf que cette truffe est atone, muette. Probablement une truffe de tout début de saison, vide. Autant j’ai horreur de l’odeur de gaz caractéristique des huiles de truffe de synthèse chimique, autant cette belle photo d’assiette n’a aucun gout du fameux champignon en pourtant belle quantité. J’aurais été le premier ravi de la réussite de ce plat. Fallait voir Mauricette pliée de rire qui se régalait avec son plat et se moquer de mon œuf à 22,50€. Enfin bon. Mon plat? 10/20. Une adresse qui mérite mieux, avec un cuisinier au savoir-faire certain même si très influencé par une vision de traiteur caractéristique.