L’Auberge du Sommelier restaurant Saint-Etienne-du-Grès – On connait l’adresse pour l’avoir référencée à l’époque. Quand? Je sais plus mais elle s’appelait différemment, boutique tenue par un couple de belges et que c’était bon par Saint-Reblochon! J’apprends que les nouveaux sont arrivés début décembre 2019 et l’intérieur a chaleureusement été repensé, avec soin. Dehors, ardoise avec formule du jour à 18€.Dedans au mur, l’ardoise avec 5 entrées de 8€ à 11€, 6 plats de 14€ (demi-magret) à 19€ (risotto aux fruits de mer) et 4 desserts à 7€ qui n’expriment pas une volonté de flinguer le PEL des clients, tarifs de bistrots communs dans les Alpilles, plats qui ne dépassent pas les 20€. Je commençais à m’astiquer les badigoinces d’impatience. Sauf que ce que j’ai pris est à côté de la plaque. A commencer par l’aubergine parmesane. Elle m’arrive jolie, délicatement présentée dans sa double assiette car celle qui la contient sort du four. Un dressage inspiré de la gastronomie, demie-aubergine tranchée en longueur cuite sans gras et noyée sous une concassée de tomate en conserve, cuisinée mais tiède, le tout petitement grammé de parmesan.

Aucune gourmandise, une assiette pour la photo ou la télé. 11/20 pour 9€. La serveuse ne change pas les couverts. Ça doit être considéré comme inutile puisque mon suprême de poulet aux langoustines arrive avec la même concassée de tomates! Le chef a une promo sur la concassée de tomates en hiver! Voyez que ça ne servait à rien de changer les couverts! Quelle déception ce plat. Je l’ai choisi en hommage au poulet aux écrevisses. Rien à voir, et encore moins. Mais ça aurait pu être bon quand même! Mais non! Un blanc de poulet industriel bodybuildé, filandreux et gras. On appelle cette viande “viande spaguetti” car la fibre musculaire du poulet est cassée, ce qui donne une texture… qui ressemble aux spaghettis! Les poulets grossissent tellement et tellement vite que leur corps ne fournit pas assez d’oxygène et de nutriments à la fibre musculaire, qui se dégrade et devient filandreuse. Ça fait envie hein? Bref!

Attendez, c’est pas fini. Comme l’assiette. Pas de poêle pour cuire ce blanc avec peau, ça fera moins de vaisselle à faire. Pas de beurre ni d’huile pour les légumes cuits à l’eau et non salés. Du riz rond gorgé d’eau, en prime. Et en surprime, des zigouigouis de balsamique. Les trois malheureuses langoustines noyées sous la tomate sont sèches, vides. 17€ et 6/20. Pain curieux, austère, comme un remède contre la gourmandise, comme les plats. Bon point: l’eau filtrée est offerte et la carte des vins est fagotée par Alain Gousse, conseil en vins et sommelier du voisin l’Oustau Baumanière de la famille Charial. Autant dire qu’elle a du répondant à tous tarifs. Il serait opportun qu’Alain Gousse se mêle tout autant de cuisine dans son mignon établissement.

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2020 1/5★ 0
Adresse
31 rue de la République 13103 Saint-Etienne-du-Grès
Tél:04.90.49.08.37
Site : lauberge-du-sommelier-restaurant.eatbu.com/
Réseaux Sociaux :
Accueil:
14/20
Service:
14/20
Qualité/prix:
10/20
Cadre:
15/20
Pain:
12/20
Toilettes:
15/20
Aux fourneaux
  • Chef : allez savoir!
Spécialités
  • nouveau
Menus
  • 18€ midi semaine
Fermetures
  • Fermé dimanche soir et lundi
Plus…
  • Ardoise
  • Terrasse