La Dame Jeanne restaurant à Cucuron – Superbe village du Luberon qui aime jouer les faux modestes, jolies rues gorgées de touristes visiblement aisés l’été, qui s’ennuient un peu dans leur lascivité quotidienne qu’ils ne comprennent pas eux-mêmes, toute cette misère du monde et nous ici, 8 années de thérapie pour en arriver là, tiens chérie, si on mangeait vegan pour fêter ça? A trainer l’oreille, les états d’âme d’autrui divertissent. Bref! Alors La Dame Jeanne (ex Arbre de mai) n’est pas reprise depuis longtemps. A 12h15, le jeune taulier prend l’apéro en terrasse avec un collègue. La serveuse aux avant-postes me fait comprendre qu’il faut réserver, que la terrasse est complète mais qu’elle va se débrouiller quand même. C’est gentil: à mon tour de l’être en proposant de manger à l’intérieur, si ça peut aider. Et là bim. En duo avec le boss qui surveille de loin, les deux me catapultent violemment dans le nougat un refus fracassant. Ne nous fâchons pas comme dit l’autre. Au final, elle me dégage sous l’arbre, un peu à l’écart. A voir le patron opérer avec la clientèle, on pige vite qu’il tient à faire autorité, c’est qui le patron, c’est bibi sinon va voir ailleurs. Une main de fer dans un gant de velours, contexte Luberon oblige, on sait jamais à qui on a à faire: ya du beau monde. Bref! Il m’amène l’ardoise: 5 entrées à moins de 10 balles (bien), 8 plats de 17€ (tartare de saumon) à 23€ (ris de veau) en passant par tentacule de poulpe mariné (19€), caille royale/épeautre à 21€ et l’inévitable entrecôte ici charolaise à 21€. Le gars revient prendre la commande, et me propose le plat du jour, carpaccio de bœuf au parmesan à 13€. Non merci, la plupart des carpaccios sont fagotés à partir de viande décongelée façon papier buvard. Le type se pique: “je ne fais que des produits frais sauf les glaces gnagnagna”. Je lui rétorque avoir choisi “ris de veau dorés au beurre, poêlée de champignons bruns”. Mais que s’il me promet un carpaccio de bœuf frais, je le prends… “Prenez le ris de veau!” qui me dit. Héhé… L’assiette est gourmande façon bouchon lyonnais, infiniment trop crémeuse mais le ris est parfaitement cuit, rosé à cœur et caramélisé autour. Dans la marée de crème, des cubes de champignons fermes et pour féculent, une radine patate grenaille et une demie à côté, faut être précis. 14,5/20 et 23€. Les desserts proposés sont des desserts de cuisiniers! Fraicheur réussie que “les fraises de la mère Edith”. La serveuse plus apaisée qu’au début m’explique: soupe de fraises avec menthe, et fraises entières. Je me suis régalé simplement, la préparation ne marine pas depuis la Saint-Nicolas dans la soupière, joli. Le cuisinier goûte, c’est évident. 14,5/20. En allant payer au comptoir, je passe devant un couple chacun devant le fameux carpaccio. Pile-poil à cet instant, le monsieur dit à sa femme “c’est pas mauvais mais comme d’hab’, c’est du surgelé”. J’ai bien ri.

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2020 2.5/5★ ΨΨ½
Adresse
Rue de l'Eglise
84160 CUCURON
Tél:04.86.78.68.99
Site : www.la-dame-jeanne.com/restaurant-cucuron/
Réseaux Sociaux :
Accueil:
12/20
Service:
14/20
Qualité/prix:
13/20
Cadre:
15/20
Pain:
(2) 14/20
Café:Nespresso 1,9€
Thé:
Toilettes:
15,5/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
  • Chef : Thomas Richard
Spécialités
  • produits frais sauf les glaces
Menus
  • Plat du jour 13€
  • Ardoise
Fermetures
  • Fermeture se renseigner
Plus…
  • Terrasse
  • Hôtel (6 chambres)
Sur place et...
A emporter
Livraison