La Citadelle

1

La ronde des nouveaux gérants continue et depuis peu, la jeunesse monte sur le manège.

Ça s’annonce plutôt bien car la demoiselle de l’accueil est adorable, souriante un peu comme si elle était heureuse de voir des clients ce qui est probablement le cas. Dommage que son compagnon s’épanouisse infiniment moins dans le registre de la risette vu qu’on se l’empiffre tout le repas. Vue panoramique et ambition gastronomique. En tout cas pour les tarifs: 5 entrées de 9 à 16€. 7 plats de 21€ à 26€, avec un surprenant « pigeon royal ». Un peu circonspecte Mauricette s’est engagée sur « roulé d’épaule d’agneau à la sarriette, sauce trompettes de la mort, polenta crémeuse ». Champignons décongelés à l’eau chaude, du légume brut et frais varié cuit à l’eau, un bloc aride d’une polenta pas du tout crémeuse, viande duraille et sauce lourde en fond en poudre. Et des fleurs, plein de fleurs, on se croirait à la Toussaint. Volontaire mais maladroit, surtout pour 22€ (boum): 12/20.

Pour moi, « moules farcies à la viande spécialités maison ». Sept belles moules bien travaillées, gourmandes. Le tout dans une agréable sauce tomatée. Il a fallu que le cuisinier balance inutilement du pesto sur les coquilles pour qu’on évite de manger avec les doigts. Le riz rond cuit à l’eau n’est absolument pas salé, décalé de l’esprit gourmand de l’assiette, comme dans un exercice obligé. Mais dessus le riz, ya une fleur. C’est important, les fleurs. Ça fait genre. 21€ (paf) et 13/20 pour remercier le fleuriste de tous ses efforts. Des plats curieux, quand même. Juste une autre table dans le restaurant, nos plats ont mis trop longtemps à arriver, plus de 20 minutes. Oui, je sais. Produits frais gnagna… la cuisine demande du temps gnagna… Mais là quand même: heureusement la vue est belle! Pour en avoir le cœur net: dessert à 9€.

Le serveur a joué les camelots de foire: « ouiouioui c’est fait maison même le feuilletage! ». Voilà le « millefeuille à la carambole ». La carambole, vous savez, ce fruit du sud à la section en forme d’étoile, jaune cireux, acide et sucré. Bon sang. 9€ un truc pareil. Pas vraiment moche mais avant même la 1ère bouchée, tu sais déjà comment ça va se passer. Trois pâles rectangles de feuilletage industriel au gout de carton, crème avachie avec le fameux fruit inadapté à la situation, trop dur. Trois pets de chantilly, une fraise coupée en quatre. 8/20 et 9€. Je stoppe l’éreintage de la jolie boutique! En concluant que ya comme qui dirait une distorsion flagrante entre ambition tarifaire et capacité culinaire.