La Chastelle

2.5

LA CHASTELLE restaurant Apt – Un indéniable cuisinier, aucun doute. Non, je ne suis pas un gogo qui se fie au Label de Maitre-Restaurateur ostensiblement placardé sur la façade et aussi sur les menus, au cas où le client n’ait pas bien compris.

Faut dire que j’ai mangé chez nombre de cuisiniers margoulins bénéficiant de ce Label parti d’une bonne idée, chefs qui traficotaient pourtant la gamelle sans état d’âme! Bref! Dommage que la patronne fasse quand même lourdement la tronche ou si ça n’est pas le cas, ça y ressemble bigrement. Pendant le service, ça s’arrangera un peu après que j’en prenne l’initiative en rebondissant sur une situation partagée avec une table voisine. Autrement, elle se décoince exclusivement avec les habitués. Comme je ne suis jamais venu ici, elle ne me racontera pas de sitôt une blague à Toto. On mange? Un menu à 16€ le midi en semaine… jusqu’à 13h30! Et pas de menu enfant! C’est nous qu’on fait la loi chez nous! Un marquage de territoire un peu agressif. Rigolo: avec ma dégaine de VRP en extincteurs, la dame me propose mécaniquement la formule à 16€. J’ai cru qu’elle allait tomber à la renverse quand j’ai souhaité voir la carte, elle a soufflé un peu en allant la chercher. J’ai bien ri à voir sa tête. Rien de tel que de bousculer les lourdingues du préjugé. Deux autres menus: 24,5€ et menu-carte 32€. Mise en bouche proposée avec le menu à 24,5€! Bien! Une verrine délicieuse! « Crème de betterave avec fromage »! Je ne sais plus lequel! Peut-être feta! 14,5/20.

Bien roulée, l’entrée « gâteau de moules aux safran et petits légumes ». Une assiette creuse stylisée, un flan central dans jus façon « consommé » non lié, trois grosses moules des familles en triangle, cinq cubes de courgette, un cube de carotte, un bout de lamelle d’oignons. Jus très bon, il tire le plat. 14/20. Toujours dans le registre cuisine traditionnelle: dans un bol raffiné « joues de porc à la provençale » fort bien cuisinées, sauce faite pour la gourmandise, viande confite qui a pris son temps dans la gamelle. Le bol est posé dans une assiette de faïence, la présentation contraste avec le message de cuisine traditionnelle! Dessus, un bon gratin dauphinois cerclé (un vrai sans fromage) et une courgette ronde farcie de ratatouille trop poussé en poivron. Bof pour elle. 14/20 pour l’ensemble.

Surprise en dessert! Pour alternative sucrée finale: « dessert selon nos envies » ou « glace ». Le 1er étant annoncé comme un vague gâteau au chocolat. Un peu de modestie dans le verbiage de l’intitulé ne nuirait pas. Comme de plutôt tenir compte du désir du client au lieu de ses propres envies en priorité. Pour un menu à 24,5€ la proposition sucrée est particulièrement courte. Comme le pain est bon, je me désiste au profit du fromage, un seul et non local. Deux tranchettes de Saint-Nectaire avec deux feuilles de salades. Comment noter du fromage? J’ai déjeuné en terrasse, il faisait beau. Sans cette posture de restaurateur au-dessus de la mêlée parce qu’il fait son boulot « normal » de cuisinier, et la patronne qui porte sa croix, je vous confiais aveuglement la boutique pour un repas. Mais voilà: je ne suis pas aveugle.