La Balade des Saveurs restaurant L’Isle-sur-la-Sorgue – Avec Mauricette on voulait en avoir le cœur net. Terrasse au bord de l’eau, le chaland maniaco-selfique tuerait père et mère pour s’y asseoir. Au bout de l’intérieur du restaurant, on passe devant comptoir et cuisines pour filer vers une salle sérieusement dressée, nappages coton blanc et verres au garde-à-vous. On entre avec l’idée de se régaler, et le contexte rassure. Et la carte ne vous trucide pas le livret A: 4 entrées de 12€ à 16€, 5 plats de 20€ à 26€, desserts de 8€ à 12€. Curieusement, aucun menu sinon celui du midi à 19,90€ avec alternatives à chaque étage! La dame au chapeau vert choisit cromesqui de chèvre aux fruits secs et noix, mesclun de salade. Grosse boule frite sur un beau mesclun. Intérieur fromagé très tassé, l’idée est maligne. 14,5/20. Avec le plat tataki de thon, boulgour façon taboulé et sauce chimichurri Mauricette effleure la déception malgré le soin apporté à la présentation. Sans aller sur un thon rouge vu le niveau amical de la tarification, le cuisinier pourrait éviter de refiler un thon de mauvaise qualité, blanc et un peu filandreux. Le talent de réalisation ne suffit pas, faut un produit d’une qualité minimale, ne jamais descendre dessous. 13/20. De mon côté avec le carpaccio de bœuf, sauce vierge à la betterave, c’est beau et bon, viande qui ne semble pas sortir du congélateur. Ce qui ne veut pas dire qu’elle ne l’est pas ici mais la présentation douée (encore) amène au doute. Qu’importe d’ailleurs. 14/20. Je suis content de tomber sur ce morceau de cochon curieusement boudé par les cuisiniers: araignée de porc, gâteau de pommes de terre et sauce moutarde à l’ancienne. Alors que c’est meilleur qu’une aride côtelette! Bref! Dressage équilibriste, sauce avec fond de veau un peu puissant, mais je n’ai pas boudé mon plaisir. Je laisse de côté le morceau de viande infiniment trop nerveux, traumatisé et traumatisant. 12/20. Desserts qui sortent du registre du commun sans tomber dans le tortueux! Comme le baba au rhum en verrine et chantilly avec un baba raté de la cuisson et granuleux (ça arrive aux meilleurs) à 11/20, et mousse de figues et coulis framboise jugée plus qu’agréable par celle qui ne l’est pas souvent: 15/20. Service formel entre apprentis en tenue noir/blanc et cadres plus décontractés. La patronne parle fort, on n’entend qu’elle, notamment quand assise à la vieille table de bois brut près du comptoir, elle devise en mangeant avec une relation. Bilan final: bon cuisinier mais produits de basse qualité. Je rêve de manger ici un menu facturé dans la trentaine d’euros, avec des produits corrects et le même savoir-faire. Un surprenant bib gourmand décerné par le Michelin à la maison, vraisemblablement obtenu avec un menu à 19,90€.

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2020 3/5★ ΨΨ
Adresse
3 quai Jean Jaurès
84800 L'ISLE-SUR-LA-SORGUE
Tél:04.90.95.27.85
Site : balade-des-saveurs.com/
Réseaux Sociaux :
Accueil:
15/20.
Service:
16/20
Qualité/prix:
14/20
Cadre:
15/20
Pain:
15/20
Café:pas pris
Thé:
Toilettes:
15/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
  • Chef : Benjamin Fabre
Spécialités
  • belles assiettes
Menus
  • Menu 19,90€ midi du mercredi au samedi
  • Carte
  • Enfant 12€
Fermetures
  • Fermé lundi et mardi
  • Fermeture se renseigner
Plus…
  • Climatisation
  • Terrasse bord de Sorgue
Sur place et...
A emporter
Livraison
- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2020 3/5★ ΨΨ
Adresse
3 quai Jean Jaurès
84800 L'ISLE-SUR-LA-SORGUE
Tél:04.90.95.27.85
Site : balade-des-saveurs.com/
Réseaux Sociaux :
Accueil:
15/20.
Service:
16/20
Qualité/prix:
14/20
Cadre:
15/20
Pain:
15/20
Café:pas pris
Thé:
Toilettes:
15/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
  • Chef : Benjamin Fabre
Spécialités
  • belles assiettes
Menus
  • Menu 19,90€ midi du mercredi au samedi
  • Carte
  • Enfant 12€
Fermetures
  • Fermé lundi et mardi
  • Fermeture se renseigner
Plus…
  • Climatisation
  • Terrasse bord de Sorgue
Sur place et...
A emporter
Livraison

La Balade des Saveurs restaurant L’Isle-sur-la-Sorgue – Avec Mauricette on voulait en avoir le cœur net. Terrasse au bord de l’eau, le chaland maniaco-selfique tuerait père et mère pour s’y asseoir. Au bout de l’intérieur du restaurant, on passe devant comptoir et cuisines pour filer vers une salle sérieusement dressée, nappages coton blanc et verres au garde-à-vous. On entre avec l’idée de se régaler, et le contexte rassure. Et la carte ne vous trucide pas le livret A: 4 entrées de 12€ à 16€, 5 plats de 20€ à 26€, desserts de 8€ à 12€. Curieusement, aucun menu sinon celui du midi à 19,90€ avec alternatives à chaque étage! La dame au chapeau vert choisit cromesqui de chèvre aux fruits secs et noix, mesclun de salade. Grosse boule frite sur un beau mesclun. Intérieur fromagé très tassé, l’idée est maligne. 14,5/20. Avec le plat tataki de thon, boulgour façon taboulé et sauce chimichurri Mauricette effleure la déception malgré le soin apporté à la présentation. Sans aller sur un thon rouge vu le niveau amical de la tarification, le cuisinier pourrait éviter de refiler un thon de mauvaise qualité, blanc et un peu filandreux. Le talent de réalisation ne suffit pas, faut un produit d’une qualité minimale, ne jamais descendre dessous. 13/20. De mon côté avec le carpaccio de bœuf, sauce vierge à la betterave, c’est beau et bon, viande qui ne semble pas sortir du congélateur. Ce qui ne veut pas dire qu’elle ne l’est pas ici mais la présentation douée (encore) amène au doute. Qu’importe d’ailleurs. 14/20. Je suis content de tomber sur ce morceau de cochon curieusement boudé par les cuisiniers: araignée de porc, gâteau de pommes de terre et sauce moutarde à l’ancienne. Alors que c’est meilleur qu’une aride côtelette! Bref! Dressage équilibriste, sauce avec fond de veau un peu puissant, mais je n’ai pas boudé mon plaisir. Je laisse de côté le morceau de viande infiniment trop nerveux, traumatisé et traumatisant. 12/20. Desserts qui sortent du registre du commun sans tomber dans le tortueux! Comme le baba au rhum en verrine et chantilly avec un baba raté de la cuisson et granuleux (ça arrive aux meilleurs) à 11/20, et mousse de figues et coulis framboise jugée plus qu’agréable par celle qui ne l’est pas souvent: 15/20. Service formel entre apprentis en tenue noir/blanc et cadres plus décontractés. La patronne parle fort, on n’entend qu’elle, notamment quand assise à la vieille table de bois brut près du comptoir, elle devise en mangeant avec une relation. Bilan final: bon cuisinier mais produits de basse qualité. Je rêve de manger ici un menu facturé dans la trentaine d’euros, avec des produits corrects et le même savoir-faire. Un surprenant bib gourmand décerné par le Michelin à la maison, vraisemblablement obtenu avec un menu à 19,90€.