Jardin Bambou

3.5

Remplace « Le Hanoï » qui remplace « Le Club » qui remplace « L’Arbre Rouge » qui remplace… rue de la Comédie à un jet de nem de la Poste.

La nouvelle direction d’ambition vietnamienne a bien saisi les codes utiles pour sensibiliser le chaland échaudé par la dégradation du genre: viande de bœuf française (les autres allez savoir), service enjoué, couleurs vives bien dans l’air du temps, fleurs fraiches sur tables… le midi en semaine, le crois-tu que la presque intégralité de la clientèle se rue sur la terrasse sur rue et sur le menu à 11,90€ avec choix Lulu. J’ai tout vu passer, le contraire d’une sous-prestation. A la carte, c’est bien et copieux. Je commande pour entrée « nems au porc » et en plat, « vermicelle de riz avec porc grillé (bun thit nuong) ».

C’est long à venir, très long. Faut dire que ça sort des rails du menu à 11,90€ adoubé par 80% de la clientèle du midi. 45 minutes pour me voir arriver entrée et plat en même temps. La cuisinière devait penser que deux plats commandés, deux clients attablés. Une probable erreur de service. Cela dit les quatre nems sont sérieux, peu gras, menthe et feuilles de salade fraiches. 14,5/20. Pour mon bun servi en bol comme toujours, le lit de vermicelle est recouvert de carottes râpées et de menthe fraiche ciselée, concombre et de bouts de porc grillés mais tristement mollassons. J’aime quand le cochon grillé croustille, qu’il est gourmand. Bref! Un agréable chaud-froid très digeste avec le recul. 14/20.

En salle avec moi, un vieux couple de vietnamiens se régale, n’arrête pas de dire « c’est bon », de façon comment dire… « discrètement ostentatoire »! C’est rigolo. La famille, c’est important. Riz, légumes, salade, viande… ils mélangent l’intégralité du contenu de leurs jolies assiettes détaillées dans une bouillie en tas. Bref! La patronne-cuisinière vient encaisser le client et participe au service pour seconder la souriante petite en salle parfois un peu dépassée. Un restaurant vietnamien « nouvelle génération » appliqué, très éloignée des flingueurs de métier des insupportables usines à bouffe asiatique, même si des recettes non vietnamiennes se sont glissées dans la carte des plats. Sauras-tu les retrouver?