Hôtel-Restaurant Nationale 8

0.5

Bon sang que c’est triiiiiiiiste…

De mémoire, jamais eu ce sentiment avec autant de puissance. Un vieux bâtiment stalinien en béton usé aux menuiseries des années 70. Hôtel et restaurant et bar et PMU et banquets et noces, affichage sponsorisé par Heineken. Dedans les rideaux du hall de gare sont plus fatigués encore que le sol. Le monsieur est aimable, m’invite à m’asseoir. En 10 secondes cadran en main, une dame arrive comme une météore et me saute sur le haricot en me demandant si je veux un apéritif, des fois que j’en veuille un. Même si j’avais rêvé d’une Suze ou d’un maurito, j’aurais décliné. C’est pas des manières. Cette dame s’avèrera bien plus agréable dans la suite des événements. Mettons ça sur le compte d’une pression commerciale obligée. Faut bien vivre.

La direction affiche ce jour trois plats pour la formule à 14€ avec dessert: bavette à l’échalote, pavé de saumon au basilic, et cuisse de lapin à la moutarde. Proposition qui s’étire pour les affamés à 17,50€ avec le « buffet d’entrées ». Huit grands bacs avec couvercle. Crevettes, deux avec quelques charcuteries de piètre qualité (sauf le jambon un peu mieux) traumatisées par le froid, des salades notamment de museau, une autre avec patates/tomates/mayo/cornichons/olives noires, une autre thon/tomate… mouai, 11/20. Plat: « cuisse de lapin à la moutarde ». J’adore ça. En principe. Mais là… j’ai probablement souri dans un reflexe de protection, comme si tout le monde me regardait en attendant ma réaction: caméra cachée?

Une cuisse du volatile terrestre étirée comme à la plage et desséchée pareil, comme laissée sur le côté de la plaque en cuisine. Mais où est la sauce moutarde mon colonel? Pfffuit! Et puis la salade mélangée en sachet avec une giclette de sauce en bouteille toute prête dessus avec les frites congelées comme soufflées gorgées d’huile: merci bien! 7/20. Pareil pour le dessert, une portion de « tarte au citron » aux côtés oxydés par un stockage au frigo. Pâte sablée molle. 8/20. Le ¼ de vin et le café sont intégrés dans les tarifs des menus. C’est cool, Raoul. C’est Nationale 8, à Ollioules.