George restaurant à Venelles – De vieilles pierres en bordure de la route (très) passante et dedans mes kamarades, c’est joli tout plein. Considérable rénovation d’un lieu qui, si j’ai bien compris, abrita une fabrique de calissons et de nougat noir puis juste avant le restaurant George, la liquoristerie de Provence. Espace, volumes, flopée de pièces et recoins différents dans un esprit mixant pur bistrot, art déco, vieillerie brocantée, boudoir, Marquis de Sade, Juliette et Justine. Un presque sentiment de clandestinité dans certains endroits, et j’ai pas tout vu non plus.

Les extérieurs avec tables font presque le tour complet, ombre et soleil, au choix. Bruit des bagnoles: pas le choix. Une formule du midi à 18€ et la carte avec notamment une promesse de cuisine au feu de bois. A voir circuler les serveurs-euses, la spécialité évidente est surtout la planche en bois. Tout est servi sur une planche en bois. Entrées de 8,5€ (escargots) à 18€ (Pata Negra bellota), une dizaine de fromages rôtis de 8,5€ (camembert) à 16€ (3 fromages), 8 viandes à la cheminée de 19€ (bavette) à 58€ (côte de bœuf), salades, burgers, pâtes, tartares… et 7 propositions de poissons de 16€ à 21€ dont dos de cabillaud rôti, tomates confites sauce aïoli. Rassuré par ma serviette en gros coton blanc, j’attendais peinard mon plat à la carte en écoutant les bagnoles et en regardant passer les plats: j’ai eu un peu peur. Arrive le mien. Sur une planche en bois, forcément. Ça m’arrive rarement: j’ai eu honte pour le cuisinier. Mais y a t’il un cuisinier? Correct, le bout de poisson hospitalier est sans peau, poché dans l’eau chaude, fait le dos rond. Barbouillé d’herbes de Provence. Des tranches de grosses patates avec peau abusivement nommées “potatoes”: bouillies, un peu réchauffées, tiédasses. Dessus: herbes de Provence, encore. Dans le frigo, le vieil aïoli était un peu rassis, alors on le touille, vas-y que je t’embrouille: ça donne 50 nuances de jaunes, du clair au foncé. Dedans l’aïoli: herbes de Provence, toujours. La classe. Enfin bon. Contrairement à ce que récite l’intitulé du plat, aucune tomate confite. 7/20 et 18€. Le service est totalement bancale, une responsable approximative tente d’organiser une clique de portes-assiettes. Une petite stressée fraîche comme une bachelière à l’oral vient récupérer ma planche presque intacte, ce qui ne l’émeut pas. Et puis, alors que j’avais fait gaffe de ne pas renverser le jus d’eau poissonneuse de la rigole périphérique de cette planche (ma table penche), la petite renverse sur la table et ma serviette le liquide. Oups, désolée. Desserts à 7,5€: non merci. Bon café, mais pas de George (Clooney).

Bref! Temple modeux probablement impec’ pour un karaoké enflammé en s’enfilant des mojitos, ou danser laaa Maaacarénaaa en string jusqu’au bout de la nuit avec les démons de minuit. Pour la restauration, on évite sauf si vous aimez vous faire sérieusement ponctionner le crapaud.

- Table testée par Le Bouche à Oreille - 2020 0/5★ 000
Adresse
36 avenue de la Grande Bégude
13770 VENELLES
Tél:09.50.08.49.33
Site : george-venelles.fr/
Réseaux Sociaux :
Accueil:
12/20
Service:
9/20
Qualité/prix:
8/20
Cadre:
16/20
Pain:
14,5/20
Café:Noailles 2€
14,5/20
Thé:
Toilettes:
16/20
Vin:
Environnement:
Aux fourneaux
  • Chef : allez savoir!
Spécialités
  • ambiance Marquis de Sade et cocktails au rythme de planches et d'herbes de Provence
Menus
  • Formule midi
  • Carte
Fermetures
  • Ouvert 7j/7
Plus…
    Sur place et...
    A emporter
    Livraison