Dijo

1.5

DIJO restaurant à La Garde – Testé début 2017 avec un constat de « moyen »: quelques lecteurs chagrinés critiquent ma critique de l’époque. C’est ainsi qu’animé par un souci de justice et de vérité, j’ai remis le couvert et en plus, j’étais avec Mauricette.

Alors je vais faire court, inutile de répéter un constat globalement à l’identique. Les événements nouveaux sont que le serveur est infiniment plus aimable, ou devenu infiniment plus aimable: était-ce déjà lui? Je ne crois pas. Aimable mais le service est considérablement long, nos assiettes mettront 45 minutes à arriver. La faute à pas de chance car le serveur nous confie « d’habitude le lundi c’est calme ». C’est tout Mauricette! Elle arrive dans un restaurant un lundi, on se croirait un mardi! Enfin bon. Service minimum: une personne en cuisine et une en salle. Et on continue d’accepter les clients, on bourre la terrasse et la salle, tant que ça entre, on prend, quelqu’un a-t’il un chausse-pieds? Ou quand un commerçant choisit entre le tiroir-caisse et le confort du client.

Mauricette croyait ne pas prendre de risque avec « La Jules César », la fameuse. Salade verte revêche comme du bambou, bouts de poulet glacés comme cuits à la friteuse devenus secs et durs, copeaux de parmesan, tomates, croûtons… Si sauce César il y a dans cette composition transparente complètement flinguée, Mauricette ne l’a pas sentie, peut-être à cause du badigeonnage en règle de l’incongru balsamique. Pléonasme. 16€ pour seulement 9/20. Ils me l’ont foutue de mauvaise humeur! Pas besoin de ça les gars! Vous êtes durs avec moi! Bref! Plat du jour pour ma pomme avec « tartare de boudin de Mr Brun ». Il s’agit du boucher du coin. Evoquer la notion de « tartare » quand il s’agit de boudin, ça vous case le questionnement en plein centre. A voir l’assiette, le doute était légitime: un ambigu prout flaqueux de boudin écrasé, une purée.

Dessus, du fromage battu sans intérêt qui ajoute du gras au sang, heureusement la brunoise de pomme verte ajoute du croquant au mou et un peu d’acidité au machin. Feuilles de salade, frites allumettes fraiches adroites comme garniture imposée. 13/20 pour l’idée ratée. J’ai promis de ne pas me répéter en évoquant les failles du test de 2017, je stoppe donc là. Sinon de confirmer que le lieu est adapté aux aficionados de cocktails et boissons festives en tout genre, et que le strict alimentaire devient de fait un service supplémentaire un peu pris à la légère, un peu comme la restauration obligée d’un Casino de jeux.