Chez Cam

3.5

CHEZ CAM restaurant Salon De Provence – Un bon vietnamien, ils sont trop peu. Pas grand, propre, et dans une grande tonicité qui optimise chacun de ses mouvements, le jeune homme conduit la boutique. Deux cuisinières de sa famille je crois, derrière.

Sa grande force est d’avoir intégré les codes attendus de la restauration occidentale sans (trop) trahir les racines de la cuisine vietnamienne. Toujours les sempiternelles photos de plats avec leurs noms: les tics du genre ont la peau dure. La quinzaine d’entrées à moins de 10€, la quinzaine de plats de 10€ à 59€ (fondue pour deux) sans compter les riz en supplément, 7 idées végétariennes… et une collec’ de thé courte mais pertinente. Fin d’été en sueur, j’acte pour le « bo bun » adapté dans l’idée de chaud-froid. Et même, il se décline en « bun mélange » avec nem! Nem fait ici!

Peu gras, pas tassés, tout en légèreté. L’originalité du plat est la viande de bœuf (hampe ou bavette) ici saisie, grillée du dos et rosée à cœur. La viande est ainsi traitée différemment qu’en Asie où selon nos codes occidentaux, elle est toujours trop cuite et dure. Le froid de l’assiette: légumes et salade verte bien découpés, cacahuètes pilées pour l’œil et le croquant sous la dent. 11,60€ et 14,5/20. Pas de carte des desserts proposée, sinon à l’oral et sans dire les tarifs. Surpriiise! Joueur, je tente l’aventure avec « beignets de fruits flambés au rhum ». On verra le tarif plus tard. Deux pommes, une banane.

Le jeune homme a du métier, sait ce qui fait plaisir! Il arrose de Negrita l’assiette, un coup d’allumette et hop! Il laisse la bouteille sur la table! C’est un malin! Il sait que le gourmand apprécie! Mes beignets minute: 6€ (ça va) et 14/20. Sans boisson: 17,6€ plat et dessert. Ya plus cher et beaucoup moins bon sur la ville qui ne manque pourtant pas de représentants en cuisine sino-vietnamienne. Celui-ci mérite donc qu’on s’y arrête. J’aurai voulu vous en dire plus sur l’intéressante boutique, mais impossible de joindre la direction qui ne rappelle jamais. D’évidence, le seul défaut de la maison: un relatif manque de politesse et de parole tenue. Ainsi va notre monde d’aujourd’hui.