Café de la Fontaine

2.5

Joli. On se croirait dans une Provence d’un autre siècle, dans un Luberon apaisé, épargné d’une forme de violence touristique.

Des touristes oui, mais ils ont choisi le calme et la discrétion puisqu’ils sont ici, ont choisi de se glisser dans le panorama, pas de se montrer ni d’afficher leur minois en écartant les coudes en lisant le guide Fooding et Télérama. Bref! Une terrasse sous des platanes considérables, bien garnie d’une clientèle chamarrée. Et une belle fontaine où auraient été tournées des scènes du film « Manon des Sources ».

Les tauliers ne chôment pas vu le monde: on a bien voulu m’accueillir tardivement (13h45) mais faudra prendre le plat du jour, ça ira mais ça dépend lequel… « calamar farci, riz et sauce tomate ». Une copieuse assiette, une sauce tomate abondante travaillée et même si elle n’est pas faite « maison », elle est fort bonne, grassouillette et parfumée. En fait, deux calamars remplis d’une farce dense et sèche à dominante de porc, hachée fine. S’il s’agit de sous-traitance, elle n’est pas maladroite. Le riz classique trempe dans l’eau, au fond de l’assiette. Faut pas aller au fond, on s’y noie. Bref: 12/20 pour 12€.

La maison fait la promotion des glaces Casalini, des glaces d’Italie. Ah ben si c’est d’Italie alors… La vitrine offre un vrai choix, notamment celui du caramel au beurre salé. 3,80€ le pot de taille moyenne, une bonne glace. Biscuit en prime. 13/20. L’active direction est un peu sèche avec le non-habitué, comme un sentiment de non-passion du métier de restaurateur doublé d’une philosophie façon « aboule la tune coco » généralement pratiquée en lieu touristique, ce qui n’est pas loin d’être le cas ici en ce début d’été: ça nous gâche un poil le bilan global.