A Table

4

Au cœur de la ville qui commence à être sérieusement épuisante au moment du test: voilà le dur de l’été!

J’y suis entré: j’ai tout entendu sur la boutique, du meilleur au pire. Forcément, la chaleur vient « battre les cartes » des restaurants qui choisissent sur quel pied danser! Des salades de 14€ et 16€, 5 plats de 16€ à 18€. Des tarifs qui n’ont rien de renversant vu le contexte touristique. Je dirais même mieux, culinairement parlant, c’est la bonne affaire avec la formule du midi vendue 15,50€. Avec le « filet de lieu noir sauce vierge, écrasée de pommes de terre et légumes ». Lui quand il arrive, on sait qu’on va être content. Je l’ai vu dans ses yeux, au filet. L’assiette ne trahit pas l’ambition de cuisine tradition de la maison, beau morceau de poisson frais avec une véritable sauce vierge, ma sauce estivale préférée quand elle m’exonère du poivron, merci aux cuisines.

Purée rustique cerclée, généreuse poêlée de légumes confits… et trois feuilles de salade verte dans un coin qui ne servent à rien. Je me suis régalé sans retenue, 14,5/20. J’avais les genoux qui jouaient des castagnettes pour la « mousse au chocolat ». J’ai si souvent été déçu avant le coup de sifflet final. Hébé mes cocos, elle est fagotée avec du vrai chocolat et peu sucrée, cette mousse. Pour que j’en mange (presque) l’intégralité, fallait pas du moyen dans l’écuelle: 14,5/20! Serviette tissu à l’intérieur, cuisine vitrée où se bouge avec complicité le personnel, jolie ambiance générale. Equipe menée par la patronne, une épatante jeune femme sourire plein phare, solaire. Elle s’appelle Sarah et malgré les 5 ans de labeur dans son restaurant, elle semble épanouie comme si elle avait ouvert depuis une semaine. Merci à elle.

Sauf qu’à la fin du service, un monsieur est entré le pas décidé sans un regard ni un bonjour, parait-il le patron et conjoint de Sarah. Alors lui, c’est pas la même limonade. Parfait à l’accueil pour bien faire sentir au client qu’il est un CB sur pattes. Enfin bon. En téléphonant quelques jours après pour avoir des informations afin de finaliser l’article que vous lisez, je tombe sur l’hurluberlu: il est d’humeur genre réveil de sieste contrarié voyez, hautain et presque agressif. Non môssieur, je ne suis pas le petit futé ni le guide du routard ni les pages jaunes. Allez, bon courage Sarah et vous: ne changez rien.