Toute Une Époque

3.5

Surprise de table à Saint-Rémy: ce sont des gâteries qu’ils ne faut pas se refuser!

Elles sont rares dans cette ville en proie à toutes sortes de camouflets de tables. Du grand n’importe quoi je vous assure! Et puis ici, comme un bol d’air frais. C’est plutôt joyeux quand on entre, ça transpire les codes de la restauration qui va à l’essentiel tendance brasserie à la volée. Mais ça soigne le chaland sans le prendre pour un américain, comme le démontre la présence de clientèle locale. La carte récite des salades de 13€ à 18€, des plats de 16€ à 23€ et curieusement, les menus ne sont disponibles que le soir. Une formule du midi à 14€ vient me consoler. Je retourne l’ardoise et derrière, devine qui vient ce soir chérie? Un « aïoli » ce midi! 16€!

Mais attention! Pas un aïoli de seconde zone du genre qui vous flingue votre moral d’aïoliphile romantique! Un vrai! Seule digression maligne de Laurent Ginoux, cuisinier-patron de son état: les escargots des Alpilles à la place des bulots. Hébé c’est tant mieux mon n’veu! J’ai boulotté l’intégralité de mon assiette avec un plaisir non dissimulé! Détail d’importance pour ceux qui ont un rendez-vous galant après: la sauce est délicate et ne force pas sur la caricature de l’ail! Bravo! 14,5/20.

Le « café gourmand » de la maison est facturé 5€. Le café est très bien, le mini-éclair au chocolat de sous-traitance ne s’en tire pas mal, la panacotta fait le job et la mousse au chocolat a de la tenue. 13/20. Service tonique, cadre à dominante de bois blond soigné avec recoins planqués au cas où vous ne vouliez pas que votre banquier se fasse inviter pour le café, pain de qualité. Et dressage de table avec de beaux verres. Pas grand-chose à jeter. Si vous avez loupé le début de l’extraordinaire histoire que je viens de raconter, je vous rappelle que je déjeunais à Saint-Rémy. Je vous jure. Comme quoi tout arrive.