Ristorante Equipe Gabry

2.5

Un peu la caricature idéale du restaurant familial italien.

Un essentiel sans ostentation, chaises en bois des années 80, éclairage poussif de 10 ans de moins, couverts usés en alu des années 60, verres de cantine. Un bataillon de femmes œuvrent d’arrache-pied en cuisine au milieu d’un tas de poêles et casseroles, ce qui est toujours rassurant à voir. Une carte, un menu. De temps en temps, une des dames vient en salle faire son cinéma avec la poêle et sert les pâtes en les touillant. Une mise en scène folklorique qui fera bien rire Mauricette. A la carte, une huitaine d’entrées à 15€, une dizaine de pâtes de 12€ à 24€, une dizaine de viandes de 13€ à 25€, 7 poissons à 15€ et 20€, choix de desserts à 4€ et 5€. Ça fait du monde au balcon. Sauf qu’existe un menu complet à 20€ avec vin, eau minérale et café compris. Tout le monde le prend.

Entrée prévue « 4 types de pâtes fraiches de la maison » et je dois dire que les ravioli viande beurre et sauge, tagliatelle carbonara, tortelli à la tomate, troffiette amatriciana sont un franc régal! Sauf qu’une table voisine bénéficie curieusement de gnochi au fromage! Vous auriez vu la tronche de Mauricette! Elle a rouscaillé qu’elle n’en avait pas eu! Ça a marché: le patron est venu à notre table et hop! C’est là que la dame est venu avec sa poêle! Bref! Les pâtes: 15/20. La dame au chapeau vert fantasmait sur « l’escalope milanaise ». Passée à la friteuse, une escalope carrée de viande reconstituée fine comme du papier à cigarette. Tant mieux, ça en fait moins. Frites avec peau incurvées mal cuites. 7/20. Ma « friture de poisson » ne vaut pas beaucoup mieux, en France on appelle ça « frito misto », du congelé passé à la friteuse. Livré sans la moindre sauce pour égayer. 10/20.

Les desserts sont simples mais appliqués: une « crème caramel » et une « sala de fruits frais » bien vus, voilà qui finit bien! 14/20. Au moment de payer, j’apprends que la maison n’accepte ni les chèques, ni la CB. D’ailleurs, je n’ai pas vu de tiroir-caisse. Fatalement, reste les espèces. Mais surtout, quand on demande une note en bonne forme pour la comptabilité, le taulier fait le sourd comme s’il n’entendait rien. Quand on insiste, l’italien file à l’anglaise en faisant le signe caractéristique de sa main gauche contre sa tempe genre « il est fou lui… ». C’est à deux pas du marché de la ville, et pas tellement cher quand on reste dans le menu à 20€. Pas de tickets de caisse, espèces comme unique moyen de payement: viva Italia!