Muscade

3.5

Pas mal du tout, en tout cas: un vrai cuisinier est à l’œuvre!

Non que les plats annoncés soient d’un génie rare: brochette de St-Jacques et gambas, bavette à l’échalote, dorade à la plancha, pavé de thon à la crème d’ail etc. Mais celui que j’ai pris m’a régalé. Quand c’est comme ça, on zieute les autres assiettes servies à côté de votre table, on scrute, on regarde les minois, les ébahis de tout, les blasés de tout, les qui s’en foutent, les qui viennent pas habitude, d’autres par hasard, et puis ceux qui seraient bien allés manger ailleurs mais Tante Martine voulait absolument venir ici et Tante Martine, c’est elle qui paye à chaque fois alors vous comprenez. Bref!

Tables serrées et terrasse pleine comme une noix, fut-elle de muscade. La formule est à 16,90€ avec ce jour « filet de merlu au beurre citronné et sa polenta ». Ce fut parfait dans le genre grand frais, et ça l’est encore plus quand on ne s’y attend pas. Morceau de poisson coloré au beurre, sauce fine qui susurre le citron, polenta crémeuse gourmande, et quelques légumes au beurre avec de très belles couleurs. Mérite le 15/20 sans tourner autour du pot. « Tarte au citron » qui fait son boulot, trop sucrée comme souvent, dommage. 13/20. Ne prenez pas la table devant la porte, à droite quand on sort.

Les lames de la terrasse en bois vous ferons faire des petits bonds chaque que passe la serveuse, ou le patron, ou le client. Ce qui fait du monde. Vous vous retrouveriez avec le petit pois dans l’œil ou la purée dans le pif à tous les coups. Serveuse d’ailleurs alerte et souriante, tandis que le patron qui parait avenant serre les paluches et fait des bises à sa clientèle qui n’attend que ça. Avenant peut-être, mais il facture un mauvais café 2,5€, ce qui est particulièrement déloyal. Sauf si c’est pour rémunérer le cuisinier. Mais pourquoi dans ce cas le faire mauvais, le café? Passqu’on gratte, on gratte, on gratte…