L'Un des Sens by FB

4

L'UN DES SENS BY FB restaurant à MARSEILLE - Le Bouche à OreilleQuand on vogue à « La Valentine », vous avez à bâbord une avalanche de bobards culinaires dont les sempiternelles franchises à bouffe qui pullulent. Mais à tribord et à trois coups de rames musclés mes petits moussaillons, on trouve un petit nouveau qui devrait faire du bruit dans le Landerneau de la sauce et du fumet: « L’Un des Sens by FB » qu’il s’appelle. De prime abord, la façade ne vous fait pas spontanément friser le bigoudi mais plutôt penser à un propret bar de quartier. Sauf qu’au fond vous attend une cosy salle ripolinée de frais doublée d’une terrasse-patio reposant comme un jardin de curé, mes biens chers frères. J’ai bien zieuté le four à bois: il promet. Le midi, le menu du jour est décliné en formule. J’ai vite senti le finaud des fourneaux avec la « salade César au saumon fumé ». Pouvait être l’entrée bateau, le piège à gogo. C’est bon même si on reste éloigné de la recette de base. Frais 14,5/20. Le sérieux: « truite entière au beurre meunière, pommes à l’anglaise ». Mille ans que je ne me suis pas régalé d’une truite! Cuisson de pro au beurre salé, amandes effilées colorées, jus de citron pour titiller. J’avais les mirettes comme des hublots: 15/20. Fin simple, on sait qu’il est compliqué de faire simple. La « tarte tatin » est maison, la pomme fond, et on me promet que la prochaine fois, la crème fraiche serait au casting. 14,5/20 en attendant le 15/20.

L'UN DES SENS BY FB restaurant à MARSEILLE - Le Bouche à Oreille Voilà ce qu’un vrai cuisinier vous propose pour 18,90€. Au niveau de la grosse artillerie, des plats de copains (copines) qui rient devant une bonne bouteille: côte de bœuf pour 2, frites maison, sauce béarnaise. Bavette d’aloyau poêlée, échalotes confites. Andouillette de Troyes dressée à la main, velouté de moutarde. Souris d’agneau de 7h, pommes écrasée à l’huile d’olive et piment d’Espelette. Tête de veau sauce gribiche, et pour les connaisseurs, des petits rougets de méditerranée juste rôtis si vous demandez gentiment. Et puis des recettes plus personnelles inspirées des ailleurs comme le tigre qui pleure, des woks finauds et des classiques comme le crumble de foie gras, le risotto aux gambas (bisque maison), et le homard bleu de Bretagne. Tous ces plats ne seront pas au tableau chaque jour mais le cuisinier oui. Il s’appelle Frédéric Chaluleau, un quinqua breton passé par du bi-étoilé et par Pont-l’Abbé. Des passages chez Marx, Ducasse… autant dire qu’il ne s’agit pas d’un perdreau de l’année. A Marseille, il régalera pendant près de 5 ans les clients de la fameuse « Villa » dans le 8ème arrondissement. Et puis un jour pas comme les autres, il s’associe avec l’amie de toujours, la douce Béatrice Sornicle: elle vous reçoit comme si vous étiez chez elle. Ce qui est le cas. Un duo avec un état d’esprit salutaire pour remonter le moral des blasés de la vie! Et quel sacré saucier!

L'UN DES SENS BY FB restaurant à MARSEILLE - Le Bouche à Oreille