Lum La Table

5

LUM LA TABLE restaurant à VAISON-LA-ROMAINE - Le Bouche à OreilleAlors lui, il vous catapulte. Bien peu nombreuses les toques qui nous font rutiler le plaisir de la sorte! Un cuisinier infusé dans le génie, Christophe Wernet. Son état de doute est permanent, alors il louange les beaux produits locaux ou pas, comme s’ils suffisaient à l’art, or on sait bien que non. Oui, le pain est d’exception, les viandes souvent bio, les fruits et légumes sont venus à vélo, sa collection d’herbes aromatiques en pot est à portée de mains avec une batterie d’épices et de poivres rares, une trentaine utilisés avec doigté. Non mes petits agneaux: les cuisiniers ne sont pas tous à égalité devant une poêle. A l’ardoise, la dizaine de plats pris de bougeotte aux intitulés qui ne vous diront rien, ne perdons pas de l’énergie à lister. Avec Mauricette, on vous raconte nos deux entrées: des claques bénies! « Saint-Jacques juste cuite, velouté de chou-fleur au curry » et « foie gras poêlé, girolle et maïs ». Du velours, mes coquins. Deux 16,5/20 rares dans nos pages. Avec ses gros cils manucurés à la gouache, la dame au chapeau vert a fait de l’œil au « thon mi-cuit, barigoule d’artichauts, livèche, girolles, fumé corsé ». Livèche est une variété de céleri. Tout participe au jeu, un mélange de désir et de délire qui ne vise pas à séduire comme font les jojos de la gamelle inspirés de Top Chef à la télé. Bref, l’évidence coule Raoul. 16/20.

LUM LA TABLE restaurant à VAISON-LA-ROMAINE - Le Bouche à Oreille Plus rassurant pour la clientèle classique, mon « pigeon rôti, sarriette, pâtisson, pomme au four ». Pas de pomme au four (tant pis) mais navet et chou-fleur en sage ponctuation. Le jus corsé personnel taquine, interroge, saveurs connues et inconnues, ça fonctionne comme si la recette existait depuis toujours. Merveilleuse cuisson, 16/20. Le rayon « desserts » provoque: moins pour « un snickers… chocolat, caramel, cacahuètes » que pour l’osé « chocolat, persil, cassis ». Rassurant le « baba au rhum au parfum d’agrumes et décoiffant avec le culotté « aubergines confites comme une tatin, sorbet citron Perrier ». Rien pour moi mais Mauricette s’envoie un « mirliton mirabelles-amandes, sorbet infusion de feuilles de figuier ». Une spécialité de Normandie authentifiant que le chef connait son abécédaire culinaire même s’il adore le prendre parfois en travers. 15,5/20. J’escamote le CV des tables de prestiges fréquentées par notre quinqua au regard d’adolescent, d’un bleu qui semble ne pas avoir perdu ses illusions. Et puisque derrière chaque homme on trouve une femme: la radieuse Anne Wisniewski est au four et au moulin dans un faux second rôle, salle ou cuisine. Vous avez peut-être déjà rencontré le complice couple sur votre chemin de gourmand: « Les Gourman’dinent » à la Ciotat (13) et furtivement du côté de Gémenos et Marseille. Je dirais bien « Champagne! » pour les retrouvailles… mais il existe tant de bons vignerons du côté de Vaison!

LUM LA TABLE restaurant à VAISON-LA-ROMAINE - Le Bouche à Oreille

CARTE DE SAISON – PARKING AISÉ – ÉPICERIE ET CAVE A VINS MITOYENNES