L’Osteria De Bormes

2

Adresse mignonne comme tout du centre-village, juste en face de l’Office de Tourisme.

Qui ne distribue pas votre guide de restaurants préféré « le Bouche à Oreille » pour cause de refus d’informer le touriste. Mais c’est une autre question. Bref! Bien peu de chalands en cette saison dans le coin. Encore que, vue la quantité de résidus de pain sur les banquettes négligées du croquignolet établissement, beaucoup de monde s’est sans doute assis ici. C’est quand même dingue de ne pas faire le ménage à ce point.

Quand j’ai montré la photo à mon boulanger, à vue d’œil de pro il a pouffé en estimant la quantité de miettes égale à une demie-baguette sur cette banquette. Passons. Plat du jour: « tagliatelle aux fruits de mer » à 14,50€. Hébé. Le cours des pâtes à la bourse de Milan est en hausse! Furtivement, la serveuse m’annonce l’absence de 3 ou 4 plats. Déjà qu’il n’y pas grand’chose… J’ai trouvé mon salut sur une pizza. Une chausson, une calzone ici prénommée « Vulcano ». Jambon en tranche très fine, mozza qui fait des fils comme de l’emmenthal mais surtout, manque de sel criant dans la pâte. Et je ne suis pas un affolé du sel. J’ai jamais salé de pizza de ma vie: c’est un baptême! Les champignons émincés sont frais, de l’eau coule une fois le chausson éventré… 13€ pour 12/20.

Le café est d’une marque originale, proposé avec un biscuit cantuccini sous cellophane. Café servi dans une tasse glacée. Et donc?.. le café est froid. Et puis arrive le moment de l’addition: pas de CB. Ah bah alors? C’est curieux comme philosophie en pleine ville touristique non? Quelle idée? Dommage car la décoration pensée est joyeuse, la salle claire et la terrasse exceptionnelle. Mais je ne reviendrais pas l’essayer même si l’aspirateur est passé. Enfin ça m’étonnerait, j’ai un travail moi, m’sieur-dame.