L'Os ou l'Arête

2

Anciennement « La Table du Boucher », déception 2016.

Du monde en hiver, il fait très beau. Nouveaux tauliers, on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise, y compris dans un contexte balnéaire plein fer. Alors j’y suis entré à nouveau. On me laisse planté debout bras ballants avec ma dégaine de VRP, genre « minute de gloire » dont je me serais passé, dans le champ de vision des attablés amusés, je suis mûr pour le karaoké, j’aurais aimé être un artiste. Bref! Très occupé vers le comptoir, le serveur mouline sec. La dame blonde moins, elle marche lentement en ma direction. Ah, enfin. Sans me « calculer » comme on dit, elle bifurque à 90° vers la table de 4 devant moi, sous mon pif éberlué d’artiste désormais reconnu depuis 3 minutes par cette même table. Et puis elle est repartie d’où elle venait, pas la table, la dame blonde. Sans s’occuper de mon cas, ni bonjour, ni rien.

C’est la mission du serveur chargé comme une mule, moi je suis la patronne, vous comprenez. Ça vous calme le baromètre à enthousiasme. Finalement le serveur surchargé par la tâche est venu me placer, en demandant de l’excuser. Parfois, les « responsables » devraient prendre modèle sur les employés. Lecture. Carte avec plats de 20€ à 34€, pas d’entrée à moins de 10€. Un menu à 24€ avec « la pêche du jour » qui est… poufpouf… du saumon. Devant les bateaux du port, ça vaut son pesant de tarama. Aussi, un menu à 37€ vu sur la table voisine avec un magret prévu au programme, commenté comme « radin » par la dame en vacances qui habite… le sud-ouest! Un demi-tranché. Bref. Du coup vu la tournure, direction « menu du jour » à 18€. Avec la « blanquette aux 2 poissons, saumon et lotte ». Pas belle à voir, une soupe marron visqueuse fagotée au fond de poisson avec des bouts de carottes mous. Belle surprise! Saumon frais, parfait. Je m’attendais à du flingué trop sec comme 9 fois sur 10.

La lotte prévue est remplacée par du loup sans qu’on vous prévienne. On n’a pas que ça à faire, vous comprenez. Le poisson ici, c’est un peu la lotte-rie. Enfin bon. Bout de dos de qualité tout autant parfait dans sa cuisson, souple et frais. Le reste de la pataugeoire est peu engageant. 12/20. J’ai attendu 40 minutes le café gourmand prévu dans la formule. Il n’est pas venu. Alors je me suis levé pour payer à la caisse. Le serveur toujours aussi navré se redit désolé. On ne va pas vous faire payer le dessert que vous n’avez pas pris: je reviens môssieur, je demande à la patronne. De loin, j’ai vite pigé au faciès de la dame que j’allais raquer le prix normal, genre « et puis quoi encore, c’est pas mon problème, on n’est pas les restos du cœur ». J’ai donc payé l’intégralité. Cela dit, j’ai ainsi pu éviter le café Henri Blanc. Bref! La dame fait de grands sourires et des courbettes aussi sincères que ceux de mon banquier quand tout va bien. Bref! Une obsession visible du coeff’: produits grammés, vins trop chers… Le cynisme du Var au bord de l’eau et son pain sec coupé à l’avance.