L’Opus

4

Changement de taulier en avril 2018.

Vu la foule, j’étais sûr de me carboniser l’illusion dans un haut-fourneau du genre brasserie de serial-cuisineur. Tous les codes du genre sont à l’appel, ma déception annoncée dans les starting-blocks dans l’attente de confirmation: parking embouteillé avec voitures de VRP, d’artisans et d’ouvriers, plat du jour 12€ et dedans, boucan devant le bar embouteillé. Et puis l’accueil et le service, jeune et impliqué. Ça fait la différence entre un personnel qui bosse une masse molle de clients indistincts, et un personnel qui s’occupe de chaque individu comme s’il voulait le fidéliser. Epatant.

Bref! Une dizaine de plats entre 14€ et 20€ et quelques salades. Dos de cabillaud, véritable carbonara (à vérifier quand même), milanaise, andouillette, l’inévitable burger, tartare et entrecôte… et des suggestions ardoisées comme « fish and chips sauce tartare » ainsi que l’annonce du plat du jour du lendemain, un couscous. Royal non? Pour ma pomme, formule 17€ avec le plat du jour « wok de poulet au Saté et cacahuètes ». L’assiette creuse noire fait ressortir les couleurs, un joli entassement de légumes de saison (ou pas) mais frais et croquant aux découpes réfléchies, des herbes, des caouettes broyées, du gingembre rosé, des bouts de blancs de poulet panés. C’est bon, soigné, étonnamment sérieux dans un tel contexte agité. 14,5/20.

Le « café gourmand » confirme l’idée d’application! Des minis: un banal fromage blanc battu avec coulis de fruits rouges, une panacotta caramel au beurre salé, un brownie au chocolat noir, un très italien tiramisu au café… qui pourrait confirmer le traditionalisme des carbonara proposées à la carte! 14,5/20. Quand au début je vous signalais un service attentionné malgré l’affluence: j’avais demandé un café serré. En passant devant ma table la serveuse remarque ce café long amené par un de ses collègues. Ni une ni deux, elle fonce en faire un autre, serré cette fois-ci, et me l’amène. Cuisine ou service, autant de signes d’une volonté générale plutôt rare chez nos chers restaurateurs et qui méritait d’être signalée, je trouve, si vous permettez, je vous en prie, merci.