L’Oasis Du Petit Galibier

4

L'OASIS DU PETIT GALIBIER restaurant à SAINT-ZACHARIE - Le Bouche à OreilleC’est un peu comme un oranger sur le sol irlandais, on ne le verra jamais. Un oasis posé à 300 mètres d’altitude! Sauf que Pierre Bataille voilà 20 ans, ce n’étaient pas de simples préceptes horticoles qui l’arrêtaient. Pas grand-chose ne l’arrête d’ailleurs aujourd’hui non plus. Equipé de son bâton de pèlerin et d’un caractère en acier trempé, fin des années 90 il aménageait la colline, se retroussant les manches jusqu’aux épaules afin de créer la table campagnarde dont il rêvait pour sa bienheureuse clientèle. Hectares aux mirettes, oliviers sous le nez, et parfois au loin quand les cigales font une pause-café et que les moineaux cessent de chahuter, on entend Manon chanter. Bref! Affaire familiale puisque le patriarche est entouré de sa fille Stéphanie qui tient salle, tandis que son compagnon Alexandre Cherpin et le fils Paul Bataille tiennent cuisines ouvertes. Avec ce soleil d’automne un peu bas qui vise son gros pif malgré son grand chapeau vert démodé, Mauricette se tenait comme une actrice des années 50 à une table du Carlton de Nice. « Le vert ici, c’est mieux que la mer » qu’elle a dit avec l’accent d’Arletty. Et puis elle a commencé a siroter son « gratin de crabe au safran », avec l’intégralité de ses petits doigts en l’air. Tant pis pour le régime, c’est trop bon. 15/20.

L'OASIS DU PETIT GALIBIER restaurant à SAINT-ZACHARIE - Le Bouche à OreillePlus simple: « entrecôte grillée ». L’intitulé sommaire vous laisse songeur?.. Excellent morceau de Limousine, et le gratin dauphinois vous fera chalouper du cristallin. Tomate provençale tirée à 4 épingles en prime. 15/20. En cas d’absence du buffet de hors-d’œuvre, optez sans barguigner pour la « surprise Petit Galibier ». Des gourmandises: poivrons au four, salade de poulpe, gâteau d’aubergine au parmesan, une ratatouille qui vous pelote la brioche, jambon à l’os avec qui vous serez copain comme cochon. 15/20. Le « carré d’agneau rôti », c’est douceur. Cuisson exigeante, même garniture que pour l’entrecôte. 15/20. La rime lui plaisait: Mauricette conclut par l’onctueuse « crème brûlée flambée du Petit Galibier ». 15/20. Une flopée de 15/20! Ce qui pour une cuisine traditionnelle provençale qui ne frime pas dans les guides gastronomiques est plutôt balèze. Mais qui explique le succès de la maison, jamais démenti depuis tant d’années. Et puis le succès, c’est comme pour venir ici: faut prendre un long chemin qui n’en finit pas de continuer… et être patient. Bref! Adresse qui se déguste comme les légendes de Pagnol.

BANQUETS ET GROUPES – COQUILLAGES – GIBIER – BOUILLABAISSE – HÔTEL