L’Oasis Du Petit Galibier

4

L'OASIS DU PETIT GALIBIER restaurant à SAINT-ZACHARIE - Le Bouche à OreilleAvec Mauricette ce jour, on s’évertuera à centrer notre propos sur la cuisine de la maison. Evitons de dire que la maison Bataille se situe en lisière de deux départements, au bout d’une impasse, qu’il faut grimper la colline domptée depuis 20 ans par le grand Manitou Pierre Bataille secondé par ses enfants à coup d’oliviers et d’aménagements pour le confort du client. Bref: faut aller le chercher, le mériter cet « Oasis du Petit Galibier ». Comme dans la vie: rien ne tombe tout cuit dans la bouche! Ben voilà, je suis encore trop bavard, je voulais juste parler de la cuisine… L’automne, déjeuner en salle avec la dame au chapeau vert et son décolleté en plumes de pintade qui fait se marrer les écureuils. Saine ambition de cuisiner pour tous les porte-monnaie: les tarifs débutent à 15€ le midi avec des plats simples. Autres choix: 20€, 29€, 39€ et 49€. Et puis des suggestions du jour. En direct: « filet de bœuf sauce aux cèpes, raviole aux cèpes ». Faut aimer les cèpes comme Mauricette. Reçu cèpes sur cèpes! Demi-oignons et mini carotte snackés, petit feuilletage, ravioli dans un caquelon en cuivre qui tient au chaud et évite un sprint de la fourchette. Boum: 15,5/20. A l’énoncé j’en salivais des badigoinces: « coquilles Saint-Jacques en feuilleté, beurre nantais ». Sous le nez, c’est du béni.

Le feuilletage tapisse une coquille, un lit pour la sauce (oignon, vin blanc, beurre) où baignent les fameuses noix fraiches, petit corail poêlé. L’opération désembouteille le moral si vous l’avez dans les chaussettes. Une assiette pour manger, pas pour faire une photo. Belles cuissons. 15,5/20 encore. A côté des desserts sans histoire de la maison, parfois des fulgurances. Comme le « Royal au chocolat » appelé aussi Trianon. Un parallélépipède sage, dacquoise croustillante, chocolat noir puissant mais discret en sucre, nappage habile. 15,5/20. Les mirettes de Mauricette dansent la polka! Devant son « Castel praliné » garni d’une crème au beurre praliné noisettes/amandes, et non de cacahuètes comme souvent (tant mieux). Portion généreuse un peu cabossée, droit dans les yeux et sans artifice. Du côté de la famille Bataille, on n’aime pas tellement les circonvolutions, vous comprenez. Mais le gout des choses oui! 15,5/20. Fin travail pâtissier réalisé par Stéphanie Bataille, au service ce jour. Ces gens-là sont décidément étonnants. Précision: pour être sûrs de boulotter les plats qui nous ont régalé, faut les réserver 48h à l’avance. Il s’agit de suggestions sur lesquelles nous sommes tombés par hasard… Bref! En couple ou en famille, plat du jour ou recettes fines, faire causette aux moineaux et s’aérer le poumon: ya pas mieux qu’un tel lieu!

BANQUETS ET GROUPES – COQUILLAGES EN SAISON – GIBIER – BOUILLABAISSE – HÔTEL 4 CHAMBRES