L’Instant
Gourmand

4.5

Un père ingénieur, une mère artiste. Qui interpréta notamment Micaëla dans Carmen de Bizet. Doué et travailleur (le talent ne suffit pas), rationnel et à l’écoute des modes, ce fin cuisinier connait d’évidence ses classiques. Alors donc début 2017, Marie et Simon Polac adoptent l’ancien « David et Louisa ». Cuisine gourmande et précise, apprise, la géométrie et les volumes s’expriment. Et puis de la générosité, des couleurs, des saveurs et une envie de faire plaisir manifeste. Ça m’a beaucoup plu, car souvent la technique pure gomme le sentiment alors que là, non. Petite salle bien remplie, ça sent bon. Le chef sourit en cuisine avec son personnel: ça sent encore meilleur! Carte de viande sérieuse et maturées: Charolaise, Salers, pluma française, Wagyu… Et du strict cuisiné: poêlée de cèpes et foie gras. Espadon fumé, blinis et rillette de roquette. Filet de truite de mer, poireaux et carottes glacées. Saint-Jacques, risotto d’épeautre de Sault au St-Félicien… en ce moment! Menu à 25€ avec choix. Moi: « terrine de joue de bœuf et pickels de légumes ». Plat d’esprit joueur, codifié gastro et compas dans l’œil. Classieux mais n’ayez pas peur, vous pouvez mouiller le pain, vous auriez tort de vous en priver: la sauce fait décoller.Extra! 15,5/20.

L'INSTANT GOURMAND restaurant à CAVAILLON - Le Bouche à Oreille Avec la « ballotine de volaille aux mendiants, écrasé de pommes de terre et jus de viande réduit », bienvenue en terre bistrotière! Bel esprit de gourmandise, un plat bourru fameusement travaillé. Un délice plus délicat qu’il ne parait, jus du diable. 15,5/20. La simplicité des desserts énoncés intrigue un peu. Sauf que la « tarte aux citrons » aux angles à 90° fait le boulot, équilibre parfait sucre/acide. 15/20. Sous le rythme d’un service juvénile impliqué, une cuisine gaie et sérieuse (ça existe) adaptée à la clientèle du XXIème siècle. Celle qui ne veut plus payer les rideaux de fils d’or, les tapis du Kashmir et le train de vie de chefs qui ne cuisinent plus dans leurs restaurants de grand standing. L’épatant menu à 18€ du midi est un signe fort. Au début, le désormais tout juste trentenaire Simon Polac traine sa passion en région parisienne, comme chez l’étoilé « Le Camélia » à Bougival (78). Il s’émancipera en marge du strict gastro dans le Vaucluse, « La Margelle », « Café de la Place » à Pernes-les-Fontaines… Gaffe! Avec la vingtaine de couverts en hiver (été avec terrasse sur la place), faudrait pas mollir de la réservation. Merci qui?

GROUPES – TERRASSE EN SAISON – CENTRE-VILLE – VIANDES DE RACE MATURÉES