LES ARCHIVES DU BAO

Cette critique n'est (peut-être!) plus d’actualité!

L’Évidence

Vu l’emplacement de ce nouvel établissement (fin 2017), la direction est contrainte de faire bon dans l’assiette sous peine de dégringoler avant même d’être en haut de l’affiche.

Après mon test de midi en semaine, le constat s’impose comme une… évidence: c’est bon et particulièrement sympathique! Les proprios Jean-Michel Contassot et Sébastien Drouillet respirent la saine ambition, faire bien les choses du soir au matin… et l’inverse aussi. Ça laisse forcément peu de temps pour un roupillon… Point de vue accueil et service, le sieur Sébastien est comme qui dirait la Rolls du métier. Chaque attablé est une personne qui souhaite passer un bon moment, qu’ils soient 2 ou 100 dans la salle. Quand on s’occupe du client depuis tant d’années de Bandol (83) à Marseille (13) en passant par Sommières (30) et ailleurs encore: vaut mieux aimer ce satané métier de restaurateur sous peine de mal le faire, comme dirait mon voisin qui lit Pierre Dac. Bref.

Ce que j’ai mangé? Ça vous intéresse? J’ai pioché dans l’ardoise « gratiné d’avocat au Roquefort, jambon de pays ». Belle assiette sur-jouant de salade verte (très bonne vinaigrette), la cassolette gratinée et pour lui ajouter de la nervosité, deux belles tranches rustique d’un agréable jambon cru de pays qui sent la campagne et le foin. 14/20 pour 12€. C’est toutefois avec le plat du jour « sauté de porc aux poivrons, gratin dauphinois » que je décroche la timballe: délicieux! Esprit de cuisine de grand-mère (j’espère que personne ne se vexera)(c’est un compliment!) comme un navarin, strict jus de viande non traficoté, nombreux morceaux de légumes. Gratin dauphinois rondouillard et gourmand, pas radin en rien, ou en tout, comme vous voulez, vous m’avez compris. Un régal. 14,5/20 pour… 9,5€! Ding! Jackpot! Café servi dans une tasse chaude et « serré » comme demandé, on se croirait sur le port à Sanremo.

Grande salle pas forcément bien née pour l’intimité, mais fort bien aménagée pour s’y sentir bien. Et ça devrait être de mieux en mieux tant l’exigence chez ce couple de propriétaires est une philosophie au quotidien, un style de vie. Le ouic-end, formidables « soirées-spectacle » sont au programme… mais c’est une autre histoire. Adresse un peu éloignée du strict Saint-Maximin touristique, mais on peut s’y garer l’automobile, la diligence, le tandem ou le parapente sans aucune gêne et juste devant: parking privé! Pour remercier la rédaction du « Bouche à Oreille » de vous avoir dégoté cette joli plan de table malin et planqué, merci de nous contacter par mail ou par téléphone. C’est l’évidence même.