L’Escale

3

Quelques années déjà, une déception à l’époque.

Un bar, un PMU, un restaurant aussi. Le taulier tient seul sa boutique, au four et au moulin comme on dit. Une sorte de Rémy Bricka. Et plus encore: il sert les pastis au comptoir, remet de l’ordre dans la petite assemblée dissipée qui regarde le tiercé à la télé. De derrière son comptoir en servant le pastis aux accoudés, il m’invite de l’autre main à m’installer où je veux et ajoute un « j’arrive monsieur » qui me plait beaucoup. C’est le signe que le client est pris en considération, même dans la colle d’une pluridisciplinarité obligée. Du coup, le client patiente gentiment, attend son heure.

Seulement voilà: 8, 10 puis 12 voire 14 clients attablés commencent à faire beaucoup, même pour Superman. Alors il appelle un jeune du coin que nous appellerons pour simplifier « roue de secours ». Je n’entrerais pas dans le détail, mais faire le serveur n’est absolument pas son métier. Sauf s’il est tennisman, mais je l’ignore. Bref! Formule 15,50€ pour tout le monde avec choix. Dont une sorte de poisson pané maison dont je n’ai pas retenu l’intitulé. J’ai la photo sous le pif, je pense à du lieu ou au mieux du cabillaud. La panure sombre de la cuisson ne tient pas, mais la portion est fort généreuse. Un godet de riz inutilement maquillé par du balsamique, quart de citron, demie tomate-cerise, quelques feuilles de salade variée. 14/20 pour la sincérité du propos.

Hors-propos est la « crème brûlée ». Maison ou pas, elle est pâlotte et tellement trop cuite. 12/20. Le pain fait le boulot, le café aussi. Vous serez bien assis sur les chaises. Je dis ça car je suis à peu-près sûr que vous irez y faire un tour pour casser une croute sans prétention quand l’occasion se présentera. C’est pas le Louis XV de Ducasse point de vue protocole et cuisine, mais il est probable que certains jours vu le profil polyvalent et volontaire du patron, on s’y ennuie infiniment moins. Le genre de boutique de village qui, une fois disparue, tu la regrettes. Vive « L’Escale », vive Ollioules, vive la France et vive la République! (bon sang: y avait quoi dans cette crème brûlée?)