L’Escale D’Isa

2

Pas bien vieux dans la reprise, et plutôt mignon dans le genre comme à la maison.

Mais malheureusement un tantinet pieds joints dans le flagrant amateurisme. Un exemple: la jeune et souriante progéniture de la patronne s’assoit à côté de ma table et tripote convulsivement son téléphone comme si j’étais un copain de récré. Remarquez que ça me met un coup de jeune. M’enfin elle ferait causette encore, je ne dis pas. Mais non. Sinon question décorum, le jaune est de mise et ça renifle l’exotisme des iles avec les loupiotes rigolotes et les canisses comme dans une case mauricienne. Les entrées sont à 7€, les plats vont de 11€ à 17€, magret, saumon, gambas… Sans plus vous faire attendre car le suspens est insoutenable, mon entrée est au top 5 des plus nazes du début 2016. « Moules gratinées au beurre persillée ». Pour être gratinée, elles sont gratinées! Vous vous attendiez à des moules dans leur coquille passées au four avec un bon beurre ail et persil? Perdu Lulu! Une cassolette de crème brûlée avec dedans des micro-moules sorties du sachet avec de la poudre de biscotte dessus histoire de faire sérieux de la recette, pas de beurre, un peu de vert et encore moins de four ou alors il a de sacrés ratés faudra en changer. Le 5/20 est adapté.

J’ai pris le plat du jour, un « émincé de porc à la provençale ». Un rata de cantine, bouts de viande dans une mixture tomatée terne et grasse, et une purée de pomme de terre faite avec de vraies pommes de terre, mais sans aucun gras identifié, sans sel, sans rien. Enfin sans tout, plutôt. 10/20. Pain moyen, café Henri Blanc pas pris. Bon allez, je stoppe. Un croquignolet resto un peu décalé des réalités et sauvé par la joli terrasse aux beaux jours, idéale sur la place du village qui chanteuh une provenceuh idéalisée, euh. Sauf que pour nous-autres cobayes de restaurant, l’idéal se situe dans les assiettes sinon le Bouche à Oreille s’appellerait « Maison et Décor ».