Les Arcades

1.5

Un accueil parfait malgré notre arrivée tardive, 14h.

Mauricette a même dit doigt levé façon maitresse d’école sévère « cette jeune fille a de l’avenir si personne ne la dégoute du métier ». Dans un contexte de simple brasserie pour touristes qui ne se prend pas pour ce qu’elle n’est pas, ça donne espoir. Menu avec choix vendu… 12,90€ tous les midis sauf dimanche! Aussi des salades, moules-frites, carpaccio de tout, quelques viandes, pizzas, pâtes… Vu le tableau, Mauricette se décide pour une « pizza 4 fromages ». Pas grande pour 14€ quand même, pâte découpée avec une roulette cannelée comme pour les tartelettes des pâtissiers, à moins que cette pâte ne soit simplement pas maison, autrement dit toute prête. Ce qui ne serait pas étonnant tant elle est fine et cassante, pas levée du tout, un effet curieux en bouche. Pas mauvaise donc, juste quelconque, déjà oubliée car oubliable. 14€ donc et 10/20.

De mon côté pour entrée du menu à 12,90€, une fraiche « salade mixte ». 13/20. Le plat: « faux-filet, frites ». Sans que j’aie recours à un acte de torture, la serveuse m’avoue que les frites ne sont pas maison. Congelées mais visiblement, l’huile est propre. A de tels tarifs on se doute qu’il ne s’agit pas de bœuf bio de race Aubrac élevé sous la mère, ce qui en ferait une sorte de Tanguy bovin. Mais la viande est très tendre et le morceau généreux. Il faut noter le bout de beurre maitre d’hôtel, délicate attention. Il est malheureusement accompagné d’une écaille de poisson. C’est ennuyeux sur le moment, tu figes sur le bug comme le beurre fond. Mais à bien y réfléchir, la péripétie pourrait prouver que les cuisines travaillent le poisson frais. Une bonne nouvelle. Bref! 12/20.

Le dessert prévu au programme était « tarte aux fruits ». Finalement, on m’impose une « mousse au chocolat » et rien d’autre. Rôôôh… pas envie… Pas mauvaise même si trop sucrée. 12/20. Forcément, fallait prendre un café pour me laver le gosier. Un très mauvais Kimbo vendu 3€. Ce qui est scandaleux. On attire le chaland avec des tarifs alléchants, on l’empale en omettant d’annoncer les tarifs de l’eau et du café. Ou comment faire oublier les bons côtés à la vitesse grand V, comment se tirer une balle dans le pied.