Le Vieux Four

5

LE VIEUX FOUR restaurant à MOURIÈS - Le Bouche à OreilleOn pourrait papoter un bon moment sur la beauté des murs. Ancienne bergerie devenue moulin à huile jusqu’en 1956 puis atelier d’artiste. Avant rénovation entamée par le couple Crouvoisier voilà presque une dizaine d’années. Portail, cour, platanes centenaires, lumière des Alpilles, salles voutées, mobilier chaleureux… M’enfin sans âme, la merveilleuse coquille serait creuse comme le regard absent d’une belle femme, fut-elle habillée par le plus grand couturier. Bref! Mauricette n’est pas la plus belle femme du monde avec son fond de l’œil jaune à force d’abus de table: nous voici en conférence avec la nouvelle recette de saison. Formule 15€ le midi en semaine, menu 29€ et menu-carte 44€. Toujours cette ambition sincère de la maison de promouvoir le terroir. L’incohérence est d’acheter des produits traficotés dans les grandes surfaces plutôt que traverser la rue pour serrer la paluche du voisin producteur, souvent bien meilleur et moins cher. Enfin bon. Quatre entrées, plats et desserts. Chacun de nos plats semble s’amuser comme un petit fou. Comme « le veau de la maison Alazard de Tarascon », un pressé de veau à l’anis étoilé servi tiède, aspect d’une rillette sans gras, poireaux à l’émulsion de moutarde violette très chouette, c’est ce qui me vient. Puissance et finesse, 16/20. « Médaillons de lotte pochés au lait de coco, lentilles corail à l’ananas, émulsion de roquette ».

LE VIEUX FOUR restaurant à MOURIÈS - Le Bouche à Oreille Troublante association lentilles/ananas, poisson délicieux aussi. Sur le papier l’idée pourrait partir en vrille au moindre écart de route, sauf que le résultat décoiffe la perruque de Mauricette: 16/20. Suit « le taureau AOP de Camargue ». Pièce de taureau marinée et rôtie. Réduction de la marinade au soja, gingembre et citronnelle, cannelloni de chou frisé aux champignons, embeurrée de poireaux. Viande délicatement virile, saignante à cœur, colorée autour. La sauce marque son territoire, les touches légumières marquent les esprits: 16/20 encore. Mon « pavé de cabillaud frais rôti à l’huile d’olive, petit ragout de flageolets et jus à l’ail nouveau » est une caresse aillée/fumé, poisson qu’on effeuille. 16/20. Desserts orientés sur le gout, pas que pour la photo! Vous en aurez sur le bout du nez: « gourmandise banane et chocolat, biscuit banane, crémeux chocolat, ganache montée au café, brisures de cacahuètes et bananes caramélisées ». 15,5/20. Le « sablé à la pomme sablé breton au beurre, pomme confite au miel, opaline craquante, sabayon au miel et safran, éclats de noix croustillantes »: parfait puisque le rare 16,5/20. Cuisine de haut niveau à la fois humble et sophistiquée, à l’écoute des saisons. Service doux d’Annie Crouvoisier qui explique, y compris ses choix de cave. Superbe maison où on se régale et… où l’on peut dormir dans une merveilleuse chambre!

LE VIEUX FOUR restaurant à MOURIÈS - Le Bouche à Oreille

CINQ SUPERBES CHAMBRES – SÉMINAIRES – ACCUEIL GROUPES