Le Petit Port

4

Une sacrée belle surprise à fleur de Dombes et en bord de Saône, terre à grenouilles.

Enfin eau à grenouilles. Enfin les deux. Le genre est tellement piraté par le congelé qu’on n’y croyait plus. Alors qu’ici contre vents et marées et avec l’aide d’un fournisseur, on batifole dans l’incroyable: des grenouilles fraiches. Avec Mauricette, le concept a déridé nos tronches de blasés! Se régaler avec des grenouilles fraiches! Bref! Soir d’été: on s’installe en terrasse à une table ronde pour 5 personnes! Ça nous donne l’illusion qu’on a encore des amis! Si on en avait autant que des araignées au plafond du barnum qu’on a juste au dessus de nos tonsures, y aurait pas assez de vin pour tout le monde! Une armée! Peu agressives, heureusement. Mais passons.

La ribambelle de menus proposés (trop) révèle une volonté de bien faire plus que d’en mettre plein la vue. Avec la dame au chapeau vert, on s’est regardé dans le blanc de nos vieux yeux jaunes usés par tant de repas puis on s’est jeté comme un seul homme sur le « menu duo grenouilles » à 28€. Pas d’entrées donc, directos dans la mandoline 300 grammes de « grenouilles fraiches persillées » dont on a sucé chacune jusqu’à la moelle. En deux services pour les manger chaudes. Rare. Le chef n’est pas un loufoque: fraiches… et bien travaillées. Sinon ça sert à rien que Ducros se décarcasse. Le Morgon 2015 de Jean Baronnat fait le job. 15/20. Desserts classiques maison, juste un seul. A aller chercher au buffet. Du coup c’est un peu frustrant de choisir dans la panoplie du pâtissier: crème caramel, salade de fruits… ainsi qu’un « tiramisu » dense et un peu gras à 14/20.

Mon « ile flottante » est maison, aussi rare que les grenouilles fraiches. Service enjoué du personnel avec la souriante patronne qui veille au grain en accueillant parfaitement le client dès son arrivée. Philosophie de travail de la direction bien huilée, qui a pigé que le client avisé souhaitait désormais des preuves de ce qu’on lui mettait sous le pif. Beaucoup de produits locaux du département de l’Ain: escargots du village (Fareins), andouillette de Dheyriat à Châtillon, grenouilles fraiches de JMG Aqua (Peyzieux), volailles de la ferme de Collonges à Francheleins, légumes de Franck Farnier à Fareins et les excellents fromages de chèvre de Pascal Seigneret de Cruzilles les Mépillat. Seul le pain du boulanger du village est un peu côté de la plaque. Bref! Un couple de restaurateurs professionnels et qui parait heureux de faire son boulot au quotidien. Ou comment se faire surprendre par l’inattendu.