Le Patio

4

LE PATIO restaurant à LA CRAU - Le Bouche à Oreille… oooh… l’épatant Julien Févriero! Cuisiner comme il cuisine, et en même temps « tenir » son affaire n’est pas… une mince affaire! Etablissement central du village, grande terrasse qui jouxte le jeu de boules, salle bien dressée avec rond de serviette avec du tissu blanc. « Le Patio » joue « complet » certains services bousculés: le jour de mon repas on frise les 80! Si la photo lorgne sur l’esprit brasserie, il s’agit d’un véritable restaurant. Pendant que chauffe la toque en cuisine, son équipe de salle tient le bateau avec un professionnalisme et un entrain souriant rarement rencontrés! Le fin cuisinier mise sur des tarifs compétitifs et des recettes qui sortent du commun rabâché. Voilà expliqué le rapport qualité-prix si cher à nos yeux, et seulement nos yeux. Carte ramassée sur des essentiels: salades soignées, tartares gourmands, potences exotiques (faudra que j’essaie un jour). Sinon la formule du jour à 14,90€, juste 3 entrées, 5 plats et 5 desserts. Pas l’ombre d’une pizza, aucune moules-frites à l’horizon. Direct: « gigot d’agneau en feuilleté, jus corsé, caponata ».

LE PATIO restaurant à LA CRAU - Le Bouche à Oreille Ouah les gars: faut vous réveiller! Si vous habitez à moins de 20 kms à la ronde et que vous aimez bien manger, faut pas passer à côté de ce classique travaillé! Que dis-je 20 kms! 50 oui! Ou plus! Sûr qu’en sortant, vous n’aurez pas envie de vous taper un jambon-beurre! La portion sustente son homme! En finesse siouplait! Vous connaissez la caponata? Finement vinaigrée, c’est une merveille! 15/20. Effort de créativité, je ne gâcherais pas l’effet de surprise en annonçant que j’aurais pu trouver mon dessert chez un pépiniériste. Il s’agit de « The fraisier », le fraisier en french. Je m’en suis rempli le tiroir à poulet! Pas trop sucré et dressage minute obligé. Non, je n’en dirais pas plus, n’insister pas. La note vous suffira: 15/20. Nez dans l’assiette mais tête en l’air, je n’ai pas lu la carte des vins, comme trop souvent. Clientèle hétéroclite à l’aise entre elle, bourgeoisie locale tranquille qui cherche l’assurance d’une qualité d’assiette, commerciaux attirés par la belle formule du midi, belles dames en lunettes de soleil et des jambes encore blanches qui profitent du soleil qui passe entre deux parasols, retraités qui sympathisent avec des ouvriers pas pressés. Un village quoi. Avec un beau restaurant et un personnel exemplaire.

TERRASSE – CENTRE VILLAGE – BISTRONOMIE – ACCUEIL GROUPES