Le Makia

4.5

LE MAKIA restaurant à LA FARLEDE - Le Bouche à OreilleVous savez au « Bouche à Oreille » on est des gens un peu têtus. On a vérifié l’état des lieux du « Makia »: il y aurait des changements! Mais lesquels? Formule du midi à 16€ inchangée, et toujours le menu complet cuisiné à l’excellent rapport qualité/prix! In situ, toujours cette clientèle de connaisseurs échappés des lieux (communs) à la mode où des tambouilleurs de l’à peu-près servent à manger des plats fainéants dont personne ne se souvient une fois la seconde passée dans l’auto sur le chemin du retour. Ici, pas de recettes torturées qui se fourrent le doigt dans la mignardise, juste du « fait maison » soigné ficelé avec du produit simple, encore que. Du coup je dois dire que j’avais les rotules qui faisaient clap-clap. Je me lance. Menu à 26€, « feuilleté au Saint-Marcelin ». Pommes de terre rissolées et lardons cuisinés aux senteurs de la garrigue. Une délicate boule de pâte dorée au four généreusement farcie de la rustique préparation. Le fromage coule, miam. Un peu comme un coulant au chocolat, mais en fromage, voyez? Mesclun pour accompagner. 14,5/20. Le « wok de gambas en persillade, tagliatelles de légumes » est d’une grande fraicheur. Le résultat a de l’allure même si la cuisson n’est pas celle d’un strict wok. Belles gambas bodybuildées décortiquées, légumes frais et pas de poivrons, tant mieux.

LE MAKIA restaurant à LA FARLEDE - Le Bouche à Oreille Persillade à l’ail discret, impeccable, on pige que le cuisinier trempe le doigt et goûte. Recette moins sage qu’elle ne parait, 15/20. Parmi les desserts, je déniche la « poire pochée aux myrtille, sablé aux amandes maison, sorbet citron vert ». Par le chapeau noir de Veyrat! Fruit entier teinté comme une poire au vin sauf que là, coloration par la myrtille! Le sablé maison fait le boulot en portant le fruit sur son dos, c’est bon, peu sucré et le sorbet tranche. 15/20. Une vingtaine de veinards ce midi dans la salle intime. Service plaisant de Joseph Insalaco, délicat et précis sans jamais faire grand genre: dans le top 5 des maitres d’hôtel-serveurs du « Bouche à Oreille »! Bon ben alors? Quels changements? Humhum… Parfois il amène discrètement les assiettes en salle, Julien Sanchez, cuisinier formé par Bruno Hernandez. Pas du genre à se mettre un gyrophare sur la toque ni à rameuter les photographes. Sauf qu’en décembre 2018, il a repris sur la pointe des pieds le « Makia » en restant dans la lignée des recettes historiques. Du coup, les fidèles ignorent tout du passage de témoin, même si Julien Sanchez vient parfois les saluer en salle. Un peu par humilité, un peu par timidité: il se tait, écoute, sourit. Il justifie: « les clients sont contents, ça me suffit amplement! » Ce type est épatant. De quoi désarmer les sceptiques: réputation maintenue!

LE MAKIA restaurant à LA FARLEDE - Le Bouche à Oreille