Le Dragon D’Or

0

En pleine journée, faut un peu la chercher.

A la nuit tombée, faut juste lever les yeux et chausser des lunettes de soleil: un éclairage multicolore criard comme celle d’une soucoupe volante d’un film des années 70 en technicolor, impossible de louper la boutique posée en étage, petit parking juste au pied. Dedans: pas un chat. Deux jeunes demoiselles, probablement progéniture de la direction, font des sourires sans rien dire. Le taulier ne dit pas bonjour, dans un état de blasement comme j’ai rarement observé encore que je me souvienne d’un employé au guichet des PTT. Bref! Le dab pointe du doigt une table, il a dû souffler, il s’est retourné, il est parti.

Les petites avec des sourires aussi, dommage: elles auront éclairé trop furtivement le monde de brutes et de souffrance où nous vivons. Vue l’ambiance festive qui respire la joie de vivre, je me suis épargné la liste interminable de plats « chinois-vietnamien-thaïlandais ». Le menu vendu 20€ ira, 5 entrées et 6 plats, en plus. Les « nems maison » sont un peu plats, feuilles de riz. Le détaché patron à qui j’en demande le contenu tournera ses mains comme une moissonneuse-batteuse en disant « on prend tout et on mélange ». Rassurant. Ils sont 5: 11/20. Le plat amené sent mauvais: « canard aux ananas ». Une flaque de bouillon-cube, dedans des bouts de légumes crus, des bouts d’ananas en boite, et des sous-morceaux bouillis de canard gras avec peau. Un aspect blanchâtre de cuisson au micro-onde, délavé et malodorant, donc. Le riz annoncé comme « cantonnais » sent le plastique, riz blanc avec un peu d’œuf et shiitake, le champignon souvent utilisé dans la cuisine asiatique mais qui n’a rien à faire dans ce riz. Rien d’autre. On se fout du client.

Mauvais, ensemble terriblement immangeable: 4/20. Les desserts n’ont jamais été le fort de cette cuisine, une « coupe de lychees » fera l’affaire. Même eux, pourtant régulièrement extirpés d’une boite de conserve, arrivent à me décevoir: un peu poisseux, se délitent, pas appétissant. 8/20. Le café était prévu dans la proposition à 20€ mais je l’ai soigneusement évité. La maison donne une note manuelle sans TVA sur laquelle il faut demander également un coup de tampon, ne prend pas les chèques, et la CB à partir de 15€. Sinon on observe de jolis aquariums, des clients arrivés après moi s’esbaudissent en chœur de cette cuisine exotique qui leur rappelle les vacances au Maroc. C’est terrible cette niaiserie béate devant un étalement de folklore sino-vietnamien.