L’Authentique

3.5

L’accueil téléphonique lors de la réservation est un grand bonheur.

Ça change des blasés qui décrochent en pensant « pfouuu, encore un client qui veut manger… ». Bref: ya de la joie au bout du bigo! Sur place, une équipe au féminin déroule. Une terrasse sur le canal, un rez-de-chaussée pour les tapas et l’apéro devant le comptoir, l’étage pour le repas. Le plat du jour est un onglet de bœuf sauce au bleu d’Auvergne avec frites maison et salade: 13,5€. Les assiettes des voisins paraissent copieuses aux mirettes. D’aguichantes suggestions hors-menu, comme la soupe de favouilles et la côte de cochon fermier de l’Aveyron sauce béarnaise (j’ai failli y succomber). La formule « entrée+plat » vaut 25€, suffit de piocher dans la carte avec choix suffisant 4/4/4.

Des propositions « tradi » qui ne se prennent pas le chou de la recette alambiquée, on aime ça: foies de volaille, moules gratinées, velouté de potimarron, linguines aux gambas à l’armoricaine, filet de loup sauvage risotto crémeux… Jolie faïence sortie d’une armoire de grand-mère qui va comme un gant à la « terrine maison de lapin aux noisettes »… qui aurait pu être faite par une grand-mère! Ça fait plaisir! Une portion en quartier comme celle d’une gâteau au chocolat, inutile d’ajouter sel et poivre: terrine réglée même si peu grasse, peu ou pas de porc! Ce qui est rare, je me plains souvent du contraire! Deux cornichons, un peu de beurre qui trahit les origines septentrionales de la direction, un confit d’oignons mignon, deux feuilles de salade verte. 14,5/20. Le plat est d’une belle générosité: « roulé de veau au jambon Serrano et cheddar, linguines sauce aux cèpes ».

Les pâtes sont cuites comme j’aime, moins al dente qu’en Italie mais presque. Sauce abondante, comme chez la mamma. Le problème est le roulé de veau. Cuisson ratée, viande trop épaisse (on est loin du saltimbocca italien) et sèche, jambon aride puissant comme un défoliant. Pas fini. Faudra affiner l’idée, un peu de délicatesse sera bienvenue. 13/20. Carte des vins de passionnées, qui ne cherche pas le strict terroir mais les coups de cœur. Gros effort de la direction pour les proposer au verre! Bravo! A ce propos, n’oubliez pas que la maison fait « bar à vins » et propose des planches de charcuteries, fromages et… poutargue! Et des huitres! Ah oui! Remplace sur l’ile « Le Bouchon à la Mer »… qui a curieusement coulé!