L’Annexe

2

Fuir le bord de l’eau, tel sera mon credo, Aldo.

Pour tomber ici par exemple, plus d’habitués, de clients locaux. C’est mieux pour s’immerger dans un état d’esprit, pour comprendre le chaland local. Que je ne comprends toujours pas, pourtant. Car enfin: vous êtes accueilli avec vivacité puis placé dans la foulée avec le sourire. Mais après… vu le succès et la foule, c’est bruyant, mais la décoration est bien dans l’air du temps. J’ai eu le temps de bien la regarder, la décoration. Ce fut long.

Déjà avec le chrono (30 minutes pour une entrée) et ensuite à cause de l’absence intégrale de sentiment dans la prestation. Très vite, tu piges être une CB ambulante avec des cheveux (un peu) que la direction ponctionne sans états d’âme. Curieux que la clientèle s’esbaudisse devant des mini-bruschetta à 12€ et des haricots verts en décembre. Enfin bon. Le serveur voulait que je parte vite, sans doute. Son impatience soulignée à prendre la commande m’oblige à raccrocher au téléphone, il attend ostensiblement avec son stylo au garde-à-vous. La classe. Comme il considère que le VRP esseulé n’est bon qu’à s’empiffrer du plat du jour, il n’avait pas pris la peine de m’amener la carte des plats, que je lui demande. Pour mesurer son niveau de conseil que je suppute à ras les pâquerettes, je tente une rigolade avec mon choix de deux plats au Champagne pour le faire réagir: Il s’en tape comme de sa 1ère salade César servie. Les « ravioles aux aubergines et tomates séchées, sauce Champagne » se noient dans une sauce crémeuse, 4 ou 5 ravioli ronds. Dedans, les morceaux d’aubergine ne sont pas cuits, spongieux. Pas totalement la faute du cuisinier, plutôt celle du fournisseur. 12/20 et 7€.

Arrive le « filet de bar sauce Champagne, risotto aux champignons forestiers ». Le beau filet de poisson frais est cuit idéalement. Mais il repose sur un tas de risotto avec des gros bouts de champignons spongieux, mauvais. Champignons décongelés à la va-vite pour certain. Quel intérêt de faire des champignons décongelés en pleine saison de la chose? Encore, cette abondante sauce archi-crémeuse qui submerge, plouf plouf. Je sais, c’est ma faute, fallait piocher autre chose, fallait pas jouer avec le serveur. 11/20 pour 23€ quand même. Pas de dessert. Bilan: une cuisine soigneuse des apparences pour plaire au chaland ravi de tout, fomenté par un cuisinier qui connait les codes de séduction. Vu les produits proposés, une machine à coeff’ cynique qui fait sérieusement son beurre en prenant un peu le client pour un dindon, quand même, je trouve.