L’Annexe

2

Du côté des immeubles administratifs, pôle emploi, commissariat, hôpital, la Poste, France 3, cinéma…

Du coup on y retrouve les codes agités d’une restauration précipitée du midi, un peu déprimante. Un peu comme dans le métro: si tu n’es pas dans le rythme de mouvement du couloir, on te bouscule, on te marche dessus. Bref! La nouvelle direction a fait du propre dans le décorum sur l’idée du bois. Ardoise avec formule plat-dessert 13,50€: 3 plats et 2 desserts. Quelques suggestions de situation comme des pâtes, un tartare et l’inévitable burger.

Le service juvénile est volontaire, souriant: « tout est fait maison » répète t’il en boucle, suivant probablement les consignes marketing d’un patron qui fait la tronche calé derrière le bar devant son tiroir-caisse. L’encaissement est une chose très sérieuse. Mais passons. Alors « bouchée à la reine et salade verte » pour moi. Arrive en 30 secondes. Le feuilleté n’est pas maison mais je le savais du départ: personne ne fait plus ce truc. Cela dit il croustille et n’est pas rance comme souvent: dressage à l’instant! Sauce agréable, bouts de volaille souples… Jolie salade qui trempe un peu dans la sauce blanche: 14/20.

Pour le dessert, mieux vaut aimer le chocolat! Sinon t’es chocolat! Alternative « mousse aux deux chocolats » et « tarte chocolat ». Balèze non? J’ai pris le mauvais cheval avec la « tarte chocolat ». Elle date. Un angle aigu de tarte pétrifiée, chocolat cassé par un stockage longuet au frigo, pâte feuilletée molle et pas bonne. Les zigouigouis de topping au chocolat ajoutent du traumatisme. 8/20. Une « affaire du midi » à coup sûr, du soir aussi parait-il mais faudrait voir à l’usage. Le cuisinier qui sait des choses pourrait nous gratifier d’une prestation moins basique indexée sur le montant du ticket-resto.