La Voute

3.5

Pas grand mais charmant.

De la vieille pierre en veux-tu en voilà. Madame est fort avenante en salle, spontanée et précieuse en même temps, agréable. Un côté à l’ancienne avec du nappage et un côté honnête avec une bouteille d’eau Thonon vendue 3,70€ alors que souvent ailleurs, c’est le double. Cette volonté du juste prix s’accompagne d’un écueil: la carte est alambiquée point de vue tarifs. Pénible. Quand tu vas au restaurant pour le plaisir, tu laisses ta calculette dans le sac à main. Un tas de suppléments épuisants de 3,9€ à 14,9€ applicables suivant options aux formules à 16€ et 20€. On frise l’indigestion. Point de vue cuisine aussi car le cuisinier aime le beurre et la crème.

Ce qui ne déplaira pas à l’amoureux de la cuisine bourgeoise chère aux gourmands adorateurs du genre. Entrée « Saint-Jacques snackée et écrevisses sur risotto ». Une casserole façon dinette dont le contenu baigne un poil trop dans le gras. Deux petites noix sans corail flottent. Dessous, écrevisses en boite et risotto. Avec le bon pain, je n’ai pas boudé mon plaisir, tant pis pour mes triglycérides, c’est bon et puis ça change de l’huile d’olive. 14/20. Supplément de 3,9€ pour le « filet de loup poêlé servi avec des linguines sauce crémeuse et vin blanc et petites coques ». Quand je l’ai vu arriver, j’ai définitivement compris le style du cuisinier. Filet copieusement poêlé au beurre, posé avec son jus sur les pâtes travaillées dans la crème. Boum.

Généreux, marqué au fer rouge comme une cuisine de Mère Lyonnaise. Pas fini, sinon mon médecin demande le divorce. Soyons clair: c’est bon, mais la moitié moins de gras serait encore largement suffisant, en tous cas dans mes deux plats boulottés. L’idée traduit une volonté de cuisine maison, familiale. Impossible d’avoir plus d’informations sur les propriétaires, mais je sais déjà l’essentiel: je viens de vous le raconter! Bref! Pas l’idée de table la plus saugrenue du village. Mais allez-y mollo au petit-déjeuner, et le soir: une verveine et au lit!