La Terrasse
«Chez Charlotte»

2

Face au théâtre, un mini-centre commercial avec une sorte d’agora où se côtoient quelques adresses utiles à sustenter le chaland sous du parasol coloré quand à mi-journée tapent les rayons de soleil, et que fume, et que bronze, et que frites.

Comme une cour de récréation « entre midi et deux » pour les employées des bureaux alentours, et les désœuvrés qui veulent voir du monde plutôt que rester devant la télé pendant que les gosses sont à l’école. L’ardoise colorée racole à l’entrée: formules, salades à 14€, 4 ou 5 plats entre 13€ et 14,5€: tartare, carpaccio, steak haché, milanaise de dinde et une insistance sur « frites maison »… le duo féminin en salle est joyeusement excité par son succès. Je veux dire par le monde ce jour. Vu la banalité de la carte, je choisis la formule du jour avec choix: souvent dans ce genre d’établissement, les suggestions du jour sont la bonne affaire. Entrée: « feuilleté de saumon et sa salade composée ».

Ça commence mal. Un carré décongelé cantinien passé au four mais mou. L’intérieur n’est pas bon. Le truc de sous-traitance est posé sur de la salade en sachet avec d’agréables bricoles comme des billes de mozzarella, des cœurs d’artichaut et des fines asperges en conserve, cerneaux de noix un peu âcre. 11/20. Un des plats du jour: « gratinée de La Terrasse, salade »: patate comme un dauphinois et entre, courgette, chorizo, œuf. A côté une seconde montagne de salade en sachet après celle de l’entrée. J’apprécie généralement l’idée: on ouvre le frigo et on fait avec ce qu’il reste dedans. Improvisation louable mais un peu courte ici. 12/20 pour la simplicité et 20/20 pour le coeff’. Formule vendue 16,50€.

Tombé « le mauvais jour »? possible. En plus, les plats étaient longs à venir, mais looongs… Aux autres services le midi, on trouve parfois mignon à la moutarde, joues de porc, bavette au gorgonzola, encornets farcis, jambon braisés… L’aimable patronne s’appelle Charlotte et le cuisinier dit bonjour quand il sort en salle. C’est dommage pour les plats que j’ai boulotté ce jour hein? Ben voui.