La Table Du Roy

4

LA TABLE DU ROY restaurant à SALON DE PROVENCE - Le Bouche à OreilleLa pleine forme, le chef désormais recentré sur ses propres fondamentaux! Mathias Pérès écoute le monde qui l’entoure et les désirs d’une clientèle de plus en plus exigeante. Le contraire du cuisinier renfermé sur lui-même qui en veut à la terre entière, je suis un incompris, les gens ne comprennent rien à ma cuisine, fouettez-moi. Lui, il aime les gens et a résolu l’équation: le rapport qualité-prix… quel que soit le prix du repas! De la formule du midi à 17,90€ au menu découvert à 49,90€! Chacun tire le gros lot! Les copines affamées des midis pressés comme le couple de promeneurs connaisseurs et sans montre! Avec une Mauricette en perruque de fausse blonde ébouriffée pour cause de « parcours soldes » en trottinette dans les rues de la vieille ville, on tente comme à notre habitude de menu-carte à 31,90€ avec 3 entrées, 3 plats et 3 desserts. Un parfait reflet de l’exigence de la maison. Un classique pour la dame au chapeau vert: « foie gras de canard mi-cuit « maison » et sa déclinaison aux figues, confiture et sorbet ». Terrine un peu froide travaillée « nature », faut la déposer sur les toasts de pain chaud, elle se réveille et remplit ainsi son devoir: 15,5/20. Suite avec « souris d’agneau confite, risotto de céleri et navets parfumés à la truffe, jus court de viande, émulsion ». Une cocotte mais pas une poule… puisque personne n’a jamais vu de souris de poule mes petits lapins. Vous me suivez?

LA TABLE DU ROY restaurant à SALON DE PROVENCE - Le Bouche à OreilleDedans cette cocotte, belle viande confite et bonne odeur, pas du précuit d’importation: française de qualité! Terrible jus court émulsionné. Légumes gourmands doués, comme toujours ici. 16/20. La mer pour ma pomme avec « tartare de daurade royale façon thaï et pommes », justement. Dés de Granny Smith, vinaigrette de pomme d’api, bâtonnets multicolores. Croquant, acide, fruité, mangez, applaudissez: 16/20. La copieuse merveille cale le poêlon: « pavé de thon confit, grillé et mariné, servi rosé, pané aux herbes, moutarde à l’ancienne, polenta et fricassée de girolles ». Servi (presque) cru, du beurre sous la lame. Associations bien articulées, saveurs personnelles jamais vues ailleurs, ce cuisinier nous fait souvent le coup. Légumes rustiques travaillés d’un autre monde. 16/20. Dessert mes frères. Cuisson un peu poussée du « financier mangue et fenouil en crème, en glace, fenouil confit et dés de mangue », superbe initiative fenouil/mangue. 15/20. Et 16/20 pour la « déclinaison de poire et marron, superposition de spéculos, poire caramélisée, marron », tout est dit dans l’intitulé sinon que le spéculos est discret, tant mieux. Belle cuisine et qualité de produits, on ne change pas des carottes et des navets qui gagnent, ni des viandes, des fromages ou des œufs de ferme venus en voisins. Et puis Maggy Pérès en salle, elle est royale. Ben ouai mes princes! « La Table du Roy »! Quand même!

LA TABLE DU ROY restaurant à SALON DE PROVENCE - Le Bouche à Oreille

GROUPES 70 – TERRASSE-PATIO OMBRAGÉ – CHÈQUES-CADEAUX