La Table Du Chef

4

LA TABLE DU CHEF restaurant à MARSEILLE - Le Bouche à OreilleCuisine du marché poussée: la spontanéité, ça se travaille! Dans une épure qui va à l’essentiel, les assiettes d’Aram Atanasyan sortent comme du bain, en tout naturel, tant la technique s’efface. Faut dire que le CV chante: Le Crillon et Lucas-Carton (75), une dizaine d’années à Londres mais aussi Cannes, Vence (06)… Le jeune sexagénaire n’a pas son talent dans la poche mais souvent le sourire en coin tant il connait bien le microcosme de la tambouille et des chefs. Ce qui l’autorise parfois à quelques élans d’autodérision: la classe. Avec Mauricette, celle qui cumule les calories en chantant poing en l’air « cellulite finale », nous tâtons la carte d’été. Afin de répondre aux exigences chronométrées de la soixantaine d’affamés qui frappent à la porte bave aux lèvres et canines au garde-à-vous, le midi impose un menu complet à 25€ inspiré, avec choix, décliné en formules pour les appétits petits joueurs. La carte? Le soir. La dame au chapeau vert sirote comme un nectar son « tartare de légumes, asperges, mozzarella et épices ». Dressage circulaire élégant, comme souvent. Harmonie à chaque coup de fourchette, comme toujours. 15,5/20. La « salade de poulpe sur un caviar d’aubergine » est du même tonneau dans l’approche.

LA TABLE DU CHEF restaurant à MARSEILLE - Le Bouche à Oreille Plutôt « salade au poulpe » car il est n’est vraiment pas seul. Un délice de fraicheur méditerranéenne que vous pouvez faire à la maison, vous avez tout dans le frigo. Bon courage, je vérifie les copies dans 20 minutes. 15,5/20. Les plats: « panaché de la mer, compotée de courgette et légumes de saison ». A lire l’intitulé, j’imaginais sur une planche en bois trois douteux bouts de poissons autour d’un pot de mayo Amora, façon tambouille plagiste, j’ai des noms. Sauf que. Loup, lotte et merlu poêlés, légumes confits, courtes sauces ou jus, je ne sais plus, l’émotion me rattrape. 15,5/20. Mauricette aime le « rôti de veau, gratin de pomme de terre sauce gingembre et soja ». Jus costaud, peu estival en vérité mais ya plus de saison m’sieur-dame. Le gout, toujours: 15,5/20. Desserts épatants, beaux et efficaces comme en vitrine: « framboisier pistache », très mascarpone avec base financier pistache: 15/20. Et mon « entremet croustillant au chocolat », très chocolat, dense et croustillant dessous, le diable en personne. 15,5/20. Terrasse à l’année loin des bagnoles, belle salle contemporaine. Service enlevé et à l’aise de l’équipe de Donia Rouzaud, aussi fraiche qu’une jeune mariée. Rythme plus apaisé le soir. Discrète mais essentielle table de la ville, oh ça oui!

LA TABLE DU CHEF restaurant à MARSEILLE - Le Bouche à Oreille

TERRASSE VELUM 4 SAISONS AU CALME – ACCUEIL GROUPES