La Table Du Boucher

1.5

Adresse référencée par nos services au milieu des années 2000.

Même si les tarifs n’étaient déjà pas donnés-donnés à l’époque, la cuisine se montrait infiniment moins fainéante. Et quand je parle de cuisine… mais commençons par le début! L’accueil lors de la réservation au téléphone est d’une grande amabilité. In situ, cette souriante jeune femme, c’est la lumière! Un feu follet enjoué qui prend plaisir à faire son boulot! J’aime autant vous dire que dans un contexte touristique comme le Port Santa-Lucia, ça doit pas courir la gargote! Bref! Cela dit, elle affiche au moins un petit défaut en n’annonçant pas d’office le « petit menu du jour » à 22€ ou 23€ non exprimé sur la carte, exclusivement ardoisé dehors. De toute façon je m’oriente sur le menu à 28,90€. Oui, quand même. Avec une possibilité de tomate-mozza comme entrée. C’est vous dire que l’espoir d’agapes mémorables fond comme neige au soleil. Je pars plutôt sur la « soupe de poisson servie avec rouille et croutons » avouée « pas maison » par la serveuse. Péché avoué à moitié pardonné, mais pas besoin de cuisinier à la table du boucher. Elle est correcte, cette soupe. Sans histoire et pas trop diluée comme souvent dans certains pièges. Le problème vient plutôt des croutons durailles. Ils sortent d’où, ses croutons? Au moins 15 jours de bagne! Pas possible autrement! Et bruts de décoffrage, sans ail, rien! Pas la moindre trace de gousse!

La rouille est très approximative, pas maison sinon l’ail ajouté. Je reste sur un 8/20. Après le poisson: viande! Une « bavette à l’échalote ». Un joli morceau cuit saignant comme demandé. Bien. Bonne qualité de viande, maturée. Posée sur un lit d’échalote trop sucré. Une rigolote purée de carotte rouge (purple dragon?) est le meilleur. Des pommes de terre d’hier vaguement réchauffées à la poêle sans gras ni herbes ni rien, abusivement qualifiées de « pommes de terre grenaille ». On se moque de qui? J’ai réclamé le pain oublié à la fin de mon plat. Faut dire que la souriante serveuse prend plus de temps à convaincre les attablés à laisser un bon avis sur TripAdvisor qu’à amener le pain. Enfin bon. 10/20. Récitation des desserts… pour la seconde fois lors du repas, la serveuse avoue « pas maison » avec le fondant au chocolat vendu 8€ à la carte, quand même. Alors je glisse sur une « crème brûlée » très correcte à 14/20! Pour enfoncer le clou de l’exagération tarifaire, le café est vendu 2,5€. Bref. Dans le cadre de nos attributions de cobayes itinérants, nous fréquentons souvent des menus entre 25€ et 30€. En voici un complètement hors-jeu dans le rapport qualité-prix. Mais à défaut d’avoir la qualité, la vue mer a-t’elle un prix? Dommage: meilleur accueil de ce début d’année 2016!