La Table d'Andréa

0

Assez idéal pour l’épuisé de la route: parking ombragé, entrée avec terrasse verdoyante agrémentée de deux parasols Miko rouges.

Une fois dedans, ya un môssieur genre animateur Club Méd’ qui fait beaucoup de bruit et beaucoup de gestes comme si j’étais un taureau: « voilà voilà vous vous mettez où vous voulez mais seulement là, là ou là ». Il n’arrête pas de s’agiter bras en l’air, de coacher l’équipe féminine en parlant fort, de causer avec ses petits enfants qui galopent dans l’établissement pendant qu’il fait les desserts enfin bon. Continuons dans l’esprit: c’est la corrida. Rapidement, il se pose en face de moi, bras tendus appuyés sur le dossier de la chaise en bois. Il récite, présente le menu du jour à 14,5€. La carte? Il reste évasif: andouillette… salades… bavette… Vu son entrain, menu. « Commande partie » comme on dit dans le milieu de la gamelle.

Alors je suis allé faire mon pipi histoire d’inspecter les lieux. Retour. Ah tiens? Une ardoise avec des plats! Tartare de saumon, tartare de St-Jacques, millefeuille de tomate fourguer son menu au VRP de passage. C’est comme ça qu’il faut faire avec le client, il mange ce qu’on lui dit de manger sinon on s’en sort plus. Bref! Je reviens, m’attend mon entrée. On voudrait que je sois déjà parti qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Ça commence à faire beaucoup. Et c’est pas fini. Présenté par le vendeur comme « melon/jambon »: salade verte avec oignons rouges, poivrons, une fine demie-tranche de jambon cru en sachet coupée en 3 dans la longueur, une macédoine de melon. 9/20. Et puis le plat. Lui, juste tu le regardes que ton taux de cholestérol pète le compteur. Il s’appelle « poulet à la bohémienne ». Une poêle à paella de la taille d’une assiette creuse où baignent dans le gras des petites pâtes en forme demi-cercle archi-cuites. Avec des fines tranches de chorizo, des bouts de poivrons et d’autres choses, je veux pas savoir.

Préparation pas maison, mélange d’huile et de sauce brillante (à l’œil) infecte. Dans la mare lipidique, un bout de poulet de 4ème catégorie trop cuit lui-aussi, un bout de flan et de cage thoracique noire. Fallait un peu manger pour simuler l’acte de me nourrir. Quel calvaire! Bref! 4/20. On pourra trouver quelques vertus à la « salade de fruits » frais servie dans un pot de yaourt en verre. 12/20. En fait, tout le monde est sympa ici, ambiance familiale. A propos d’ambiance: une pile de gros blister de salade verte attendent sur une table comme les autres. Tandis que dans le frigo à desserts vitré les iles flottantes au gout de plastique attendent leur heure dans le pack cellophane de l’industriel. Un tas de restaurateurs servent ces produits, mais peu sont autant décomplexés en laissant les preuves du savoir-faire aux yeux du client. Mais passons. La maison fait aussi les tapas, ce qui n’est pas très étonnant vu le niveau de cuisine.