La Poêle d'Or

4.5

LA POÊLE D'OR restaurant à MÉOUNES-LES-MONTRIEUX - Le Bouche à OreilleEn entrant, j’angoissais un poil: la maison posée dans la vallée du Gapeau n’est pas née de la dernière pluie, trimballe une histoire et son lot d’avanies aussi. De quoi intimider la jeunesse repreneuse depuis mi-2018. Sauf que cette jeunesse hardie mes petits biquets, elle envoie du lourd comme on cause dans le milieu du pèse-personnes. On connait Thomas Gy passé par l’école Saint-Louis à Toulon où il rencontra l’ensoleillée Janice, apprentie en pâtisserie à l’époque, devenue depuis sa femme: la terre et le feu. Début de carrière: le chef s’enquille « la bastide de St-Tropez » et « le Château de la Messardière » (83), puis le triple étoilé Michel Roux en Angleterre. Le soleil du Var lui manquait: direction Bormes (83) à « La Rastègue » et encore récemment « la Bastide Enchantée » toute voisine. Habile menu qui référence l’intégralité des plats et sans le moindre supplément! 5 entrées, 5 plats et 5 desserts! Sans esbroufe et précis: « raviole de ricotta-épinard, velouté de petits pois tranché à l’huile de noisette, émulsion à l’ail doux ». Gourmand, faut pencher l’oreille, l’écouter de près et le savourer entier. A la cuillère, gout franc du contenu: mention pour le nuage d’ail! La signature d’un grand cuisinier! 16/20.

LA POÊLE D'OR restaurant à MÉOUNES-LES-MONTRIEUX - Le Bouche à Oreille Belle intonation du « filet de canette, jus de cerises griottes, fine purée de panais et fricassée de petit épeautre ». Comme un magret, viande surveillée de la cuisson, tendre et savoureuse. Sauce sucrée-salée où se vautrent les cuisiniers qui cherchent l’effet caricatural de mode plus que l’équilibre sur le fil. 15,5/20. J’avoue avoir hésité avec le Chanteclair, mais opte au final pour le « véritable baba au rhum et raisins ». Raisins blonds gorgés, jus sérieux un peu dépassé par la cannelle, biscuit maison souple. 15/20. Service menée par la radieuse Janice Gy qui éclaire les murs d’une salle de restaurant résolument traditionnelle et classique, avec cheminée allumée quand la brise fut venue. Carte des vins sérieuse, en mouvement. Mieux encore qu’une cuisine bourgeoise qui ronronne ses classiques rassurants avec une clientèle qui cherche ce qu’elle attend. Par touches, le message créatif passe et passera de plus en plus. D’autant que Thomas Gy est bien secondé. Très sérieuse adresse qui s’auto-exclut de la course à la mode, et qui à peine reprise par le couple Gy plane déjà au-dessus de la mêlée. Et ce n’est qu’un début! « C’est extra » comme dit l’artiste!

PARKING PRIVÉ – REPAS D'AFFAIRES – MARIAGE – BAPTÊME