La Plage

0.5

Un hôtel-restaurant de simple catégorie, mais propre pour ce que j’en ai vu.

Et presque aussi rare: avec des sourires! Mais pas tout le monde! Dans cet endroit de rêve qui mène à la fameuse plage Napoléon, unique dans l’art de faire s’évader le peu de neurones valides qui me reste, j’avoue y avoir cru, un moment. Faut dire que j’ai l’emballement facile et du coup, le boomerang de mon enthousiasme naturel me revient souvent dans le pif. Je sais: la métaphore est facile. Y en aura (peut-être) d’autres, ça vous apprendra à vous moquer. Bref!

Des menus pour le midi en semaine à 14€ qui débaroulent à 25€-30€ et même 38€. Carte: 6 salades, 6 viandes, 7 poissons, 2 pâtes. Le plat du jour est excitant comme un parcmètre maquillé: saucisse ou chorizo frites. Alors j’ai choisi ce qui me semblait le moins pire, comme quand on court s’abriter vers le meilleur endroit pour éviter les grêlons: « tartare de bœuf frites maison ». Un pâté préparé comme une paupiette, inerte dont on sent bien qu’il est là parce qu’il est obligé. Il a l’œil huileux, ce tartare. C’est terrible l’œil d’un tartare huileux.

Trop d’huile ajoutée. L’œuf est à part, c’est bien. Les frites sont fraiches mais gorgées de gras elles aussi. Ça devient une manie, tout ce gras. Sorties d’un seul bain d’huile trop tiède. Du mou partout. J’aime les frites droites comme des « i » qui croustillent, je mange des « C » qui suintent de gras. Sûrement pour faire plaisir au client, les cuisines ajoutent une sorte de macédoine de cantine scolaire décongelée, pauvres gosses. Tu m’étonnes qu’ils n’aiment pas les légumes, les gosses. Enfin bon. 8/20.

J’ai refusé le dessert et même le café Henri Blanc: courageux mais pas téméraire. La serveuse fait le maxi, avec les outils et les moyens qu’on lui file. Grande terrasse où quelques clients profitaient de l’été qui arrivait sans crier gare. Un endroit dans un environnement aussi plaisant avec une cuisine aussi mièvre, c’est quand même très dommage pour la ville qui se cherche encore des repères pour l’amateur de bonne cuisine.