La Guinguette

2

Avec Mauricette affamés sur le tard (13h45), nous rodions dans le coin: on s’était fait dégommer manu militari de la boutique « les rendez-vous de Bobosse » à Saint-Jean d’Ardières en pays Beaujolais sous prétexte de « complet » ou « trop tard » je sais plus.

Je me souviens juste de la manière discourtoise à la limite du malpoli. Ou comment flinguer un fantasme dans le ciboulot de Mauricette. Faut dire que dans l’esprit si particulier de la dame au chapeau vert, l’andouillette Bobosse c’est un peu son Graal charcutier, son fantasme cochon. Enfin c’était, du coup. Alors on a filé d’ici et erré notre appétit dépité jusqu’à cet endroit qui porte bien son nom: « La guinguette ».14h: ici le personnel sourit à pleines dents! Dehors un long barnum pour abriter les tonsures, barnum épaulé par une armée de platanes sous lesquelles s’alignent des tables bien rangées, fanions et guirlandes aux lampes multicolores, une jolie ambiance de congés payés en bord de Saône, des cheveux blancs, des p’tits coups de blanc! Manque juste le 14 juillet et l’accordéon de Jo Privat! Et le soleil est de la partie!

Question assiette, il faut bien y venir: c’est pas la fête! La cuisine reste à la limite de l’acceptable. Sous des airs de gentillette cuisine familiale, les tauliers refourguent un paquet de produits congelés mis en habits du dimanche pour séduire le chaland. Si on prend l’exemple de la « friture » que s’enquille Mauricette, on pourrait manger la même à Biscarosse ou à Boiry Sainte-Rictrude. Ou partout ailleurs. Des jols congelés comme dans 90% des cas. Les frites sortent du même placard à glaçons. 12/20 pour 12,50€. Pourtant affamée, elle n’a pas tout mangé, ce qui l’a autorisé à s’octroyer le « burger », juste par curiosité. Lui, généreux et sauceux sur sa planche en bois, il tire son épingle du jeu. Sinon les pénibles frites incurvées, pour 12,50€ c’est le mieux de notre repas. 14/20. Le poisson du jour est un « filet de sandre » bien accompagné: ratatouille et gratin dauphinois. Le poisson décongelé est miséreux, trop cuit. La sauce rouge-orangée ne rattrape pas. Vive les garnitures qui sauvent le plat: 12/20 pour 14,50€, ce qui est beaucoup trop cher vu le niveau.

Le « tiramisu » est râblé, dense et peu aéré: 12/20 pour 5,5€. Le « fromage blanc à la crème » aurait été meilleur avec du bon pain. Le pire pain qui existe, une infecte baguette moulée Intermarché ou Lidl, allez savoir. Autrement dit et après avoir passé un joli moment au bord de l’eau, on se souviendra surtout de l’accueil exceptionnel à une heure avancée… et des toilettes rigolotes: le lavabo est posé sur la chasse d’eau économe qui récupère l’eau de lavage des mains. Manque juste une cuisine digne de ce nom, vraiment familiale et vraiment faite maison. C’est pas la Saône à boire, quand même, non?