LES ARCHIVES DU BAO

Cette critique n'est (peut-être!) plus d’actualité!

La Flambee Du Village

Avec Mauricette, on aime bigrement le restaurant.

C’est notre dada, mais on n’est pas vraiment du genre marrant, et généralement peu coureurs d’ambiances originales. On a même plutôt l’habitude de nous crisper sur un constat presque exclusif du contenu de nos assiettes. Sauf qu’à intervalles réguliers devant notre tisane de 18h tapantes juste avant « les chiffres et les lettres », on adore parler de Besma et Denis Boidron de « La Flambée du Village ». Quand on en cause, ça nous donne faim. A vrai dire, je ne connais pas meilleur baromètre sur un établissement quand à son évocation on entend le requiem de la sauce et le concerto du fumet qui vous chatouillent le cervelet! Allez hop: direction Velaux! Virée chez les Boidron! Sourde comme un pot, Mauricette avait déjà relevé sa robe à froufrou et enfourché le tandem: « ah bon? On y va pas à vélo? ». Ambiance grande cheminée centrale et le patron qui, pic en main et main adroite, dore avec vigilance et précision le poil de toutes sortes de grillades piochées dans sa vitrine de boucher: côte de bœuf, pavé de rumsteck, louchebem, entrecôte mais aussi pieds de cochon, andouillette, magret, côtelettes d’agneau… et les Black Angus et autres Pluma Ibérique de Bellota! Le grand jeu! Moulin à poivre sur table et appétit au garde-à-vous, la dame au chapeau vert s’est ruée sur sa « louchebem »!

Une entrecôte XXL! Fallait voir Mauricette avec ses petits yeux jaunes derrière ses grosses lunettes épaisses! On aurait cru qu’elle reluquait Georges Clooney! Bref! La grosse cavalerie question bœuf! Et effet bœuf! 400 grammes dans le placard! Allez hop! Servies à part: ratatouille confite à souhait et patates sautées aux petits légumes. 15/20. Un seul plat pouvait rendre jalouse Mauricette: les « pieds de cochon »! Trois qui sont! Comme les trois p’tits cochons! J’ai joué les grands méchant loup sans la moindre retenue! 14,5/20! Et une « tarte-citron meringuée » pour finir! Du maison encore! Comme tous les desserts! 14,5/20! Le Denis Boidron, il peut afficher « fait maison » au dessus de la porte d’entrée! Dans l’univers rosé et restreint des restaurants à bidoche, celui-ci s’affiche en chef de file de la spécialité dans le canton. Parce qu’il ne suffit pas de déclarer qu’on connait la boucherie et les viandes: faut prouver. Et ya pas meilleure preuve que notre plaisir!