LES ARCHIVES DU BAO

Cette critique n'est (peut-être!) plus d’actualité!

La Coupole

On connait bien le superbe lieu que voilà repris par des gens qu’on connait bien aussi mais un peu moins quand même.

Avec Mauricette qui apprécie le protocole depuis toujours, nous sommes entrés dans le lieu classieux et là, personne. Faut dire que la boutique est spacieuse, toute en longueur jusqu’à la salle principale. Puis une épatante jeune femme est arrivée, elle réussira même à nous faire croire que la vie est belle et que nous vivons une époque formidable et que le progrès ne vaut que s’il est partagé par tous. Quel dynamisme! Le jeune homme avec, presque tout autant! Nappages et tout le tintouin, ou comment rappeler les codes de la restauration traditionnelle où que se pose l’œil. La carte fait un peu peur dans son étendue: 9 entrées et 10 plats à la carte répartis dans 3 menus. Celui à 16,50€ sera une affaire si la cuisine assure.

Entrée « terrine de campagne maison » un peu aride, ce qui confirme l’absence de gras superflu: 14,5/20. Intéressant « râble de lapin sauce moutarde, frites et légumes » farci de tapenade. Les frites fraiches sont un peu sombres, mais croustillantes. Légumes en tagliatelles, croquants et bien assaisonnés. 14,5/20. Je ne m’attendais pas au miracle, il se produit avec « tartelette aux fruits de saison », au kiwi en l’occurrence. Mignon, fond de tarte pas maison mais bon. 14,5/20. Excellent rapport qualité-prix pour ce menu. Ça fait du bien dans le quartier. Moins d’à propos avec celui de Mauricette vendu 26,50€. Le « vol au vent maison » se débrouille bien à 14,5/20. Son « dos de cabillaud sauce au poivre, frites et légumes » n’a d’intérêt que les garnitures bien cuisinées. Le poisson est dur, du congelé laborieux. J’ai rien contre, mais faut savoir le travailler. 12/20.

Et pourquoi pas la « religieuse maison au caramel » pour dessert? Un peu courte dans un menu à 26,50€, mais ça change des crème-caramel et mousse au chocolat. 13/20. Bilan extrêmement positif pour le petit menu, bilan plus réservé sur l’autre. N’empêche que le duo en salle fait plaisir à voir dans son ambition de réhabiliter la belle adresse dans le ciboulot du toulonnais. A peine deux mois d’existence au moment du test: laissons le temps de régler la musique.