La Carafe

1.5

Nooon… ah bon? Trois ans d’existence?.. jamais vu.

Il n’est jamais trop tard parait-il! Même pour une déception? Mazette! Quelle cave! Quel choix! Et pas du flacon de seconde zone! Faut juste avoir le crapaud solide devant la collec’ de Bourgogne: choix de Meursault 1er cru 2013/2014 au dessus des 170€, du Pommard entre 50€ et 100€ suivant l’année, Givry ou Mercurey autour de 50€, Volnay, Savigny-lès-Beaune… et même du Champagne Drappier! La maison refuse la médiocrité! En tous cas dans les rayons! Bravo! Je vais plomber l’ambiance et c’est dommage car le duo à l’œuvre est plutôt amical. Mais la cuisine proposée est très en-dessous de ce que supposent les tarifs annoncés. Bien sûr que la formule du midi à 15€ attire le chaland en terrasse. C’est étudié pour.

M’enfin le menu-carte à 32€ avec 3entrées, 4 plats et 2 desserts est un peu court sur pattes. Des plats à la mode (tataki de thon, saumon de Norvège, burger du Périgord), des plats à coeff’ (gaspacho de melon, filet mignon) et puis mon « magret de canard du Périgord sauce aux champignons », plat en direct. J’ai préféré éviter les préliminaires. M’arrive du mastoc, un beau magret entier servi avec son gras dessus non scarifié, mais de qualité. Seulement voilà. La cuisine est ouverte et je n’ai pas entendu de poêle: le bestiau est laborieusement cuit au four. Donc: 1/3 de peau grasse encore pâle épaisse une escalope de veau crue, et 2/3 de viande. Magret maladroitement posé sur une sauce qui n’en est pas une: simple crème fraiche chaude non travaillée, bouts de champignons de Paris.

Impossible de couper le magret avec la mixture dessous, faut mettre à côté, dégager la piste en poussant la tomate provençale de pizzéria et surtout, la demi-patate des familles réchauffée avec la peau noire. Un cuisinier rodé du métier ne fait pas ça. Un verre à vodka pour la crème (encore) de ciboulette. Assiette non chauffée, faudra mouliner pour ne pas manger froid à mi-chemin. Insupportable. Grosse déception. 21€ pour 11/20 grâce à la qualité du magret. On frise le zéro. Le verre de Bourgogne vendu 5€ peine à me rendre le sourire. Pas de dessert, et puis quoi encore? Un bon sommelier dans la boutique, à coup sûr. Un cuisinier approximatif, à coup sûr aussi. Bref! Pour la cave et encore, en surveillant l’argus pinardier.