La Cantine De L’Ours

0

L’autre était fermé ce jour, alors ce fut lui.

Pour situer, c’est dans la zone industrielle de Signes, une grande zone plutôt bien née aménagée dans l’espace vert. Le restaurant est vraiment joli, le bois en fer de lance visuel, grande terrasse et salle claire agréable. Elles sont deux serveuses brunes. Celle qui m’accueille est souriante et aimable. Elle me dit d’emblée que ce jour, pas de pot: panne de gaz. Du coup, que du froid à boulotter, enfin si je veux bien s’asseoir. Ce que je fais. Une fois assis, j’observe l’autre serveuse aimable comme un chardon. Quand elle accueille les clients, elle ne leur dit rien sur les avanies des cuisines, les fait asseoir puis une fois installés, les gens n’osent pas partir quand elle leur explique. Mais comme elle est chaussée de pantoufles en moquette rose, on lui pardonne. C’est elle qui vient rendre ma commande « vous prenez quoi? » qu’elle dit d’un ton martial, ni bonjour ni rien. Avec la tronche qui va avec.

J’ai choisi « tartare de saumon et pommes de terre rattes ». Le froid n’est pas la mauvaise idée avec ces températures estivales. M’arrive un plat bien présenté vu de loin mais plus il s’approche de ma table, plus je se dis que j’aurais dû prendre autre chose. Cubes de saumon frais avec du gris et gras comme du phoque et qui baigne dans un ajout d’huile inutile et abondant ou flotte du parmesan, le tout posé sur des feuilles de salades bien rangées qui trempent dans la vinaigrette. Pour faire bonne mesure dans le gras, sur le tour de l’assiette les pommes de terre avec peau à l’eau réchauffées au micro-onde sont tartinés d’huile au pistou. Ben dis donc. C’est monsieur Lesieur qui doit être content. Sacré client. Par contre, tu manges le truc entier, tu transpires le cholestérol par tous les pores de la peau. 6/20 pour 14,5€.

Question gras, ça équilibre: mon dessert est une « salade de pêche à la menthe ». Un verre avec des bouts de fruits frais mais pas taillés d’aujourd’hui. Ils trempent dans la flotte. La menthe est loin, très loin depuis le temps qu’elle s’est éventée. Pas de sucre, pas de plaisir: hospitalier: 7/20 pour 6€. Et puis quand la patronne est arrivée dans l’établissement, la serveuse avec les pantoufles roses qu’elle a piqué à Rika Zaraï qui les avait piqué à Dalida est curieusement devenue plus joviale avec les clients. Au chapitre des curiosités, le tarif des boissons n’est pas affiché et personne ne vous informe une fois à table. Alors tu prends une demi-Badoit en espérant ne pas te faire assassiner… Bref! J’en ai eu pour 23,50€ et il est bien dommage qu’un si bel endroit propose une aussi médiocre prestation. Oui, vous êtes perspicace: je ne suis pas content du tout!