La Brasserie

2

(Encore) un changement de propriétaire pour la boutique.

Déjà, tout est devenu plus clair, propre. Bon ben alors? Décor intérieur contemporain dans l’idée architecturale des murs qui l’abrite. Bon ben alors? Amical en toute simplicité, le patron-serveur n’en fait pas des tonnes. Bon ben alors? Carte typique de petite brasserie sans prétention, 4 salades, 4 viandes, 4 poissons et 2 pâtes le tout entre 11€ et 15€. Bon ben alors? Kéké donc qui va pas? Une chose essentielle, vous allez comprendre. Le taulier me précise que « tous les produits sont frais » ce qui me fait toujours rigoler les poils du dos et les autres aussi. Surtout quand il est écrit « pavé de saumon, sauce citronnée ciboulette, riz ou légumes du jour ».

Alors j’ai pris ça sans la moindre illusion de blasé que je suis. Arrive l’assiette avec le poisson… effectivement frais! Un joli bâtonnet en longueur bien cuit, souple dedans. Un peu court de la portion (disons seulement 120 grammes maxi, j’ai la photo si ça intéresse quelqu’un) mais agréable dans sa sauce citronnée. Bon ben alors? Le riz basmati moulé a de la tenue, la salade verte n’est pas du sachet. Même si la vinaigrette dégouline dans la sauce du poisson et inversement, l’assiette fait des efforts. Bon ben alors? J’arrive, j’arrive… le cuisinier balance comme un fou de la crème de balsamique pour remplir les vides de l’assiette… notamment sur le riz qui s’empresse de l’absorber.

Comment flinguer une assiette potentiellement saine et cuisinée maison avec des produits frais? Je sais! Tu fais l’artiste en la plombant de zigouigouis de machin balsameux qui pue et pollue. 15€ et 12/20. Je n’ai pas poussé mes investigations plus loin, pas envie. Pour une fois qu’une table bosse en frais, faut qu’elle maquille ses assiettes comme des camions, qu’elle en fasse des tonnes. Symptomatique d’une mode télévisuelle qui privilégie l’esthétique au détriment du gout.